Partagez | 
 

 Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Jeu 21 Nov - 21:07



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. charlie & lip


Cette soirée avait été… bizarre. Enfin, pour n’importe qui qui n’était pas lui, cela devait sans doute être bizarre. Le long du trajet où il avait insisté pour ramener Charlotte chez elle, Lip avait essayé de se mettre à la place de la jeune femme. Sorcière, certes, elle ne devait néanmoins pas s’attendre à ce que les costumes de tout le monde les possèdent --- il ne savait toujours pas d’où venait ce phénomène d’ailleurs --- sans compter ces vampires qui avaient décidé de s’offrir un petit festin pour célébrer halloween!  Que ce serait-il passé d’ailleurs si Zach et lui n’avaient pas été là? Ou si ce sortilège avait duré plus longtemps? Ce n’était pas en usant d’un revolver à six coups que Philip aurait pu éradiquer la menace vampire, loin de là!
Ce que Ragnar avait derrière la tête en venant s’installer à la Nouvelle Orléans, le gardien n’en avait aucune idée et ce n’était pas franchement de ses affaires non plus. Tant qu’il ne venait pas mettre le bordel dans son bar, le reste lui importait peu. Qu’il saigne qui il lui semblait bon de saigner, son boulot n’était pas de sauver chaque âme qui vive sur cette terre, à moins qu’elles ne soient toutes menacées en même temps!
À moins que le vieux vampire ne décide de faire de la jeune femme à ses côtés son prochain goûté, là, peut-être que Philip avait des chances de le prendre personnel… de fortes chances.

Cette femme devenait importante, bien qu’il ne la rencontrait que pour la deuxième fois. Même sans cette ressemblance plus que marquée avec Emily, il y avait autre chose. Cette chimie impossible à nier, cette facilité déconcertante avec laquelle il se sentait à l’aise avec elle, les réponses qui venaient d’elles-mêmes à chacune de ses paroles. Ça n’avait rien à avoir avec Emily, puisqu’aussi semblable était-elle physiquement, Charlotte n’avait rien en commun avec Emily excepté la sorcellerie.

« Ça va? Pas trop secouée de l’altercation avec le big guy? »

Ce vampire-là était reconnu pour être imposant, non seulement de corps, mais également de caractère!
Mais cette charmante façon d’aborder le sujet cachait plutôt autre chose. Ce qu’elle pensait du vampire, Lip s’en fichait un peu. Il voulait surtout savoir si elle avait quelque répulsion par rapport à lui. Il ne lui avait pas vraiment expliqué en quoi consistait son côté démoniaque, pour ne pas dire qu’il avait totalement oblitéré cette partie de leur précédente conversation.
Certes, ça paraissait toujours bien de dire qu’on avait la charge de l’équilibre universel entre le bien et le mal. Ce que les gens oubliaient souvent, c’était les situations comme celle qui se produisait actuellement. Ragnar était un monstre, un tueur, un créateur de carnages sanglants… et Philip n’avait nulle intention de l’empêcher de nuire, tout simplement parce que des soit disant puissances supérieures avaient décidé que ce n’était pas à lui de le faire. Toujours aussi valeureux?


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Jeu 5 Déc - 16:48



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. Charlie & Philip


De mémoire, sans fouiller, c’était bien la plus étrange des fêtes d’Halloween à laquelle elle ait assisté. Et, sans se tromper, elle supposait qu’on pouvait ajouter plusieurs siècles, plusieurs vies de sorcières, et toujours arriver à la même affirmation. Non, ce n’était pas une illusion, pas plus qu’un rêve, elle s’était transformée en grosse niaise, pot de colle d’un shérif, au beau milieu d’autres costumes plus vrai que nature et surtout plus terrifiant. Le tout sur fond d’invasion de cannibales d’un nouveau genre.
Si elle n’avait pas été une sorcière, elle aurait pu penser que tout ceci avait été mis en scène par le bar pour rendre la soirée mémorable. Et encore… se transformer en damoiselle apeurée en jupons… ce n’était pas de la simulation. Bizarrement, qu’elle soit simple Charlie ou dame, son attention se portait sur le même. Pour sa défense, un shérif armé avait l’air nettement plus rassurant qu’un Dark Vador dans ce genre d’occasions.
Pour faire court, elle n’était pas prête d’oublier cet Halloween. Et malgré son bagou peu discret, on pouvait comprendre sans peine qu’elle se montre moins bavarde au cours du trajet retour en compagnie de son héros du soir.

Ce qui était moins facile de deviner en revanche, c’était la méthode de fonctionnement de son cerveau. Normalement, ses réflexions auraient du se centrer sur le fond. Pourquoi était-elle devenue une niaise en jupons tandis que d’autres avaient tendance à devenir aussi cornus que leurs costumes de base ? Ou encore, qui était ce géant blond qui n’avait rien de sympathique ? Mais non. Si ces questions étaient venues à son esprit, elles n’avaient fait qu’effleurer ses pensées déjà bien trop occupées par un autre sujet qu’on aurait pu résumer par le mot gardien ou encore par le prénom Philip.
A plusieurs reprises au cours du trajet, elle avait lancé un regard de côté à son accompagnateur sans oser poser la question qui la démangeait pourtant fortement. Finalement, c’était lui qui avait finit par aborder le sujet, d’une certaine manière.
En réponse, elle l’avait regardé quelques secondes avant de secouer la tête d’un demi-sourire.

« ça va… mais c’est surtout parce que la damoiselle faible et inutile en moi était assez intelligente pour coller le shérif de Nottingham. Merci d’être héros des temps modernes. »

Ironisons, exagérons, mais la question persistait toujours.
Le blond pouvait attendre. Le bal des costumes ne trouverait probablement pas de réponses ce soir, même en tuant la moitié des neurones. Mais une question continuerait à la torturer si elle ne se décidait pas à la formuler.
D’accord… mais est-ce qu’il y avait un bon moyen d’aborder le sujet ? Ou est-ce que ça la regardait vraiment ?
Qu’il ait déjà de l’importance pour elle était un fait qu’elle ne pouvait plus nier, mais il avait tout aussi bien le droit de ne pas satisfaire sa curiosité sous le motif justifié qu’ils ne se connaissaient, pour ainsi dire, presque pas.

« Ou faut dire gardien. »

On vous l’accorder, la manière n’était pas top. Le questionnement était discret, voir caché… et même inexistant sous la forme, mais il était là.
Et puis, elle aurait pu faire pire en soulignant à quel point il était « fantastiquement et extraordinairement balèze ». Mieux valait de la discrétion au ridicule.



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Mar 10 Déc - 16:16



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. charlie & lip


Elle prenait relativement bien les choses. Déjà, le fait qu’elle ne se soit pas enfuie en courant était un indicateur encourageant. Lip aurait pu se demander pourquoi il était aussi content qu’elle se trouve encore à ses côtés après cette soirée, mais il n’en avait pas l’intention. Commencer à se poser des questions était la première étape pour l’obsession et la folie. Au fil du temps, il avait appris à laisser tomber les questions et se concentrer uniquement sur les réactions. Agir à l’instinct l’avait gardé en vie pendant neuf siècles, il lui était bien facile d’en avoir une confiance aveugle, non?
Et puis, à quoi bon se creuser les méninges sur ce qui n’avait probablement pas de réponse? Ou trop de réponses. Quoi qu’il en soit, ça n’intéressait pas Philip de pousser le raisonnement jusqu’à une conclusion. La nuit était fraiche et confortable, ils venaient d’éviter de mourir pour un jour de plus, bientôt il laisserait Charlie à sa porte, saine et sauve, le reste n’avait pas d’importance.

« J’ai eu de la chance. J’ai failli me pointé en Lapin de Pâques, je n’aurais pas été utile à grand-chose non plus. »

Il sourit. Vrai qu’il aurait fait pâle figure s’il était devenu une grosse boule de poils rose et nerveuse. Un mec armé qui avait pour principal moteur de protéger les pauvres gens, c’était franchement mieux pour se mettre entre une femme et un vampire!
Que la blague fut bonne ou mauvaise, ça n’empêcha pas Charlie d’aborder le sujet délicat. Gardien. Évidemment, cela pouvait la rendre curieuse, le vampire l’avait désigné comme tel, lui et son frère, et ça avait suffi à le faire reculer. Oui, il y avait définitivement de quoi avoir une curiosité ou deux à ce propos.
Inclinant la tête, Lip décida de ne pas se battre pour nier quoi que ce soit. C’était un combat perdu d’avance, il le savait par expérience, puis, il n’en avait pas envie. Cette femme le poussait à la franchise, c’était risqué, dangereux, irréfléchi et ça lui mériterait une claque derrière la tête de la part de son cadet s’il était témoin d’une telle chose.

« On peut dire ça aussi. »

Se grattant distraitement la base de la nuque pour chasser le poil de nervosité que lui donnait ce sujet de discussion, le mi-démon soupira.

« J’avoue tout, je fais pas vraiment mon âge! »

Néanmoins, il préféra préciser :

« Mais j’suis pas un vampire, j’t’assure. Dans ma famille, on peut vivre longtemps, c’est tout. »

Inutile d’embarquer dans les détails. L’Épreuve, l’immortalité, tout ça. Un tas d’informations qu’elle n’avait pas besoin de savoir, du moins pour l’instant.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Mar 17 Déc - 16:38



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. Charlie & Philip


Elle n’analyserait pas sa perte d’âge mental. En tout cas pas ce soir. Et si elle ne l’admettrait pas à voix haute, oui, c’était vrai, dans tout ça elle avouait avoir eu un sourire pour quelque chose de ridicule. Ou plutôt un sourire au mauvais moment. Après une telle soirée, après le mot « gardien » et ce qui l’avait accompagné dans l’étrangeté, elle n’aurait sans doute pas dû se dire intérieurement contente qu’il se propose de la raccompagner. Et pourtant, elle n’avait pas pu s’en empêcher. Oui, malgré la part de mystères qui l’entourait davantage encore ce soir, l’idée de passer un peu plus de temps en sa compagnie lui plaisait.

« C’est vrai, mais t’aurais été le plus mignon de la soirée ! »

Et puisqu’elle était encore capable de se dire à des moments de ce genre qu’elle était ravie de faire la route avec lui, pourquoi ne pas plaisanter avec lui en plus de ça ? Au point où on en était après tout.
Mais soyons réaliste : « le plus mignon »… ce n’était pas vraiment sa catégorie et même avec un costume de lapin de Pâques. Son charme était bien différent de celui d’un Teletubbies ou d’un Bisounours. Et fallait l’admettre, l’imaginer dans un tel costume avait arraché un léger rire à la brune qui avait détourné les yeux, prétendant ne pas se moquer tout en tâchant de retrouver son sérieux.
Au moins le costume à poils avait le mérite de détendre l’atmosphère. Et c’était au milieu de toutes ces bêtises qu’elle avait finit par aborder le sujet en attente depuis le début du trajet.

« Oh…. »

Le fais pas flipper comme ça Charlotte après un tel aveu. Certes, la réponse était courte, pas très détaillée et un peu évasive. Mais la réponse amenait tout de même un élément qui méritait plus que deux lettres en retour.
Elle était pourtant restée silencieuse encore un moment. Le temps qu’il lui fallait pour déterminer sa bonne compréhension et assimiler le fait que, pour résumer brièvement, il était :

« T’es comme un genre de Duncan McLeod alors... »

… c’était mieux que le « oh » ça ?
En quoi ça transmettait l’idée qu’elle n’allait pas flipper et prendre ses jambes à son cou ?
En pas grand-chose… mais il ne venait pas exactement de lui révéler qu’il avait oublié d’acheter le lait sur sa liste de courses. Et après un nouveau silence, elle s’était décidée à le briser de manière plus rassurante, si on veut :

« Ok, ça doit être la réponse la plus bizarre qu’on t’aies jamais sorti, désolée.... En fait, j’dois t’avouer que je suis un peu déçue. »

Le blanc suivant était sadique ? Mais ce n’était que trois, quatre secondes, pas plus.

« Je m’étais justement imaginée que t’étais un vampire. Et je suis absolument fan ! Mais bon, t’es plutôt sympa alors j’ferai un effort en calmant mon obsession sur la lecture de Twilight. »

… quoi ? Admettons au moins que c’était rassurant.
Et pourtant, intérieurement, elle avait bien une bonne dizaine de questions qui venaient de s’ajouter. Et elle les retenait parce que ? Si il s’était montré bref sur sa réponse, ce n’était peut être pas le moment de le cuisiner. En fait, ce n’était que la juste impression qu’il ne développerait pas plus pour le moment, même si elle se transformait en la plus chiante des enquêtrices. Elle était déjà plutôt surprise d’avoir eu une réponse à sa première question.




Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Mar 14 Jan - 15:25



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. charlie & lip


Le plus mignon de la soirée? Sa virilité en aurait pris un sacré coup surtout! Mais maintenant qu’il y pensait, il n’aurait peut-être pas détesté avoir droit aux câlins et aux caresses, tel un petit chaton. Le seul point négatif aurait été qu’il était trop grand pour se faire prendre et câliné contre une poitrine… les chats avaient une de ces chances!
Mais ça ne valait pas forcément les milles ans de railleries que Zach lui aurait servies ensuite en le voyant devenir une boule rose et poilue.

« J’vais tâcher de prendre ça comme un compliment. »

Il était à peu près certain qu’en vérité elle se foutait de sa gueule, mais Lip n’y accorda pas d’attention. Rien que pour le doux plaisir d’être un peu plus longtemps en sa compagnie, il était prêt à souffrir ce genre de remarque aussi souvent qu’elle le désirait car cette petite lueur malicieuse tandis qu’elle détournait les yeux pour ne pas lui rire en pleine face était tout simplement délicieuse.

Et le moment de vérité vint.
Philip n’avait pas l’habitude de se dévoiler aussi rapidement à des gens qu’il qualifiait hors du coup. Sa clientèle le connaissait. Si ce n’était qu’ils avaient déjà entendu parler des Cooper, le bouche à oreille suffisait à instruire les ignares du lot, mais lorsqu’il s’agissait des femmes dites normales, il n’en parlait jamais.
Sauf que Charlie n’avait rien de normale, il va sans dire. Tout à son propos était anormal pour lui. Si elle n’avait été que la copie conforme d’Emily ou rien qu’une sorcière parmi les autres, elle aurait déjà été incapable de concourir pour la normalité, alors les deux?
Ces sentiments qu’ils croyaient oubliés, enterrés loin tout au fond de lui pour ne jamais ressurgir car ils n’avaient plus d’utilité à la disparition d’Emily, voilà qu’ils refaisaient surface en un battement de cil. Il savait bien pourtant que cette jeune femme n’était pas celle qu’il avait perdue, mais c’était plus fort que lui. Il la voyait et il avait juste envie de la serrer contre lui pour s’assurer qu’elle était bien tangible et réelle, qu’elle n’était pas le fruit de son imagination devenue subitement folle après tous ces siècles.

« Un qui? »

Troublant qu’il ne connaisse pas la référence, lui qui suivait son soap de grands-mères aussi assidument qu’elles si ce n’était davantage? Oui, très! Mais voyons le bon côté de la chose, Charlie ignorait son penchant pour les rocambolesques histoires d’amour entre petits bourgeois californiens. Encore heureux d’ailleurs, car si le coup du lapin rose n’avait pas suffi à tuer son côté viril, cette information achèverait de l’envoyer à la morgue!

Déçue? Lip déglutit malgré lui. Il n’avait pas envie d’entrer dans les détails de ces histoires de bien de mal et d’équilibre qu’il devait conserver, mais ne pas influencer au-delà de ça. C’était un discours plutôt emmerdant qu’il n’appréciait pas devoir utiliser. Se justifier n’était pas dans sa nature, mais lorsqu’on lui demandait inévitablement pourquoi il n’était pas plus impliqué dans la défense du concitoyen moyen il n’avait pas vraiment le choix, si?
Toutefois, lorsque la brune évoqua Twilight, son voile de crainte s’écrasa violement dans la bouse de vache pour ne plus laisser qu’un long visage morne, presque boudeur. Sérieux? Qu’elle ose le poil d’une comparaison avec ce truc était un affront qui sonnait diablement discordant dans sa bouche.
Il se douta donc un peu qu’elle faisait exprès de se moquer de lui et bien que le mot Twilight était suffisant pour lui faire mal physiquement, il aima tout de suite ce trait piquait de sa personnalité. C’était comme un petit défi quotidien et Lip adorait les défis.

« Nop, navré de te décevoir. Ni vampire, ni 150 karas d’incrustés sur la peau du dos, ni d’envie suicidaire de cuir au fourneau parce que ma dulcinée encore plus frigide qu’un iceberg n’est plus de ce monde! »

Ce dernier point tout particulièrement… On survivait aux pertes, mêmes les plus terribles, il en savait quelque chose.
En ce qui concernait le détail, Lip savait qu’il viendrait en son heure. Si Charlie devait en savoir plus, elle finirait par en savoir plus, il ne voulait pas non plus l’impliquer dans le tourbillon frénétique de sa vie de gardien alors qu’il venait tout juste de la rencontrer. Demain elle pouvait très bien choisir de l’éviter et de ne plus jamais le revoir, inutile de se livrer outre-mesure dans la précipitation.

Et en attendant… les voilà qui arrivaient à destination.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Mer 15 Jan - 10:29



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. Charlie & Philip


Imaginer un Philip en petit lapin tout mignon avait tellement tout du contraste, rien que sur l’aspect physique, qu’il fallait bien admettre que l’image était particulièrement risible. La moquerie était donc inévitable. Même si elle l’avait voulu, elle n’aurait pu s’empêcher de souligner sa remarque par un apparent compliment. Et si le plus curieux dans tout ça restait la conversation banale après les évènements de ce soir, elle semblait les avoir oublié pour un temps en tâchant de garder un sérieux peu crédible.
Oui, elle devait avoir un sérieux problème de raisonnement, un cerveau endommagé ou quelque chose dans le genre. Mais vu la folle qu’elle avait en grand-mère, elle miserait plutôt sur l’hérédité. Même si, en réalité, le problème de défaut ne venait pas de son cerveau mais de l’escorte qui la ramenait chez elle. Raisonner de manière objective, raisonnable ou tout ce qu’on voudrait, semblait impossible quand ça le concernait. On aurait pu s’inquiéter en se demandant si elle lui aurait cherché des excuses en apprenant que c’était un dangereux criminel ou quelque chose dans ce goût là mais il ne l’était pas… non ? Il était… quelque chose. Finalement, aborder le sujet qui devait être abordé ne lui en avait pas appris beaucoup plus. Si ce n’est qu’elle avait trouvé le moyen de s’enticher d’un homme vieux, très vieux, voir très très vieux. Il avait quel âge au juste ?

« Sans rire tu connais pas Duncan McLeod ? Highlander ! »

Visiblement non. Et rien ne servait d’insister en lui chantant le générique, elle ne connaîtrait qu’un profond sentiment de honte

« L’immortel à l’épée ? Il ne peut en rester qu’un ? T’es quand même au courant que Dieu a inventé la télé ? »

Non vraiment Charlotte, n’insiste pas. Il ne connaît pas, il ne connaît pas. Et le faux compliment du lapin devrait suffire pour ce soir, inutile de le chercher trop. D’autant plus que le coup de twilight marquait déjà pas mal de points dans le genre. Si elle tenait un minimum à le revoir, il serait peut être bon de stopper le déballage de culture à deux balles.

Ok, on voulait bien dire, pour lui faire plaisir, qu’Highlander était pas si mal. Après tout, c’était un grand classique et fallait reconnaître que le coup des éclairs au tranchement de tête avait son petit effet… à l’époque.
Mais il ne serait pas dit plus. Et oui, elle promettait de résister à la tentation de l’appeler Edward Cullen juste pour le taquiner un peu plus. Sauf si elle avait besoin de se défendre un jour. Là, l’emploi du surnom ferait peut être finalement son apparition.
Ce qui était à retenir dans tout ça, c’était peut être la manière de penser au final. Cette manière de pensée qui nous laissait entendre qu’elle le reverrait. Malgré ce nouvel élément, cette différence assez grande qui venait d’apparaître entre eux. Qu’est-ce qu’elle y pouvait ? Quelque part, il y avait peut être une partie d’elle qui pensait que rien de tout ceci n’était raisonnable. Sans parler de l’âge, on pouvait parler de ses rêves. Elle aurait dû réfléchir, chercher à comprendre, plutôt que de s’attacher si rapidement à lui comme si, finalement, il était dans sa vie depuis un bon bout de temps.
Mais cette partie d’elle, si vous vouliez son avis sur la question, elle n’en n’avait pas connaissance à l’heure actuelle… si toutefois elle existait. Et même si Charlotte avait été une autre personne, même si elle avait été quelqu’un de terre à terre faisant passer l’art de la réflexion d’un cerveau avant tout le reste… il lui aurait suffit de croiser son regard pour oublier les « mais ».

« Dommage… j’aurai pu te dépecer et devenir riche. »

Voilà qui ruinait un peu le speech de la romantique jeune fille qui rêve d’un Edward pour vivre une histoire d’amour digne des romans à l’eau de rose les plus demandeurs de kleenex.
De connerie en connerie, ils avaient finit par arriver. Si la durée de trajet pouvait être définie comme normal, voir un peu plus longue que d’habitude, étant donné qu’elle avait sans doute marché plus lentement sans réellement s’en rendre compte, elle avait toutefois eu l’impression qu’il avait duré deux fois moins longtemps. Alors, en voyant les murs de sa grand-mère, elle avait ressenti un sentiment de déception qu’elle n’avait masqué qu’à peine en reprenant la parole :

« Et voici le château familial shérif. »

S’en était suivi un moment de silence, et alors qu’elle abandonnait l’idée de trouver un prétexte pour rester un peu plus de temps avec lui, alors qu’elle se décidait à lui dire au revoir pour ce soir, la partie intelligence de son cerveau avait dû définitivement s’éteindre. Elle ne savait pas trop ce qui lui avait pris sur le moment. Comme une habitude, comme un automatisme, comme si c’était la bonne méthode, elle s’était rapprochée de lui et s’était mise sur la pointe des pieds avant de déposer un court baiser sur ses lèvres. Court parce que la question du « pourquoi » était rapidement venue à son esprit. Si elle ne s’était pas demandée ce qu’elle était en train de faire, elle se serait reculée avec moins de facilité et elle n’aurait certainement pas prononcé de manière précipitée un :

« Désolée, je sais pas pourquoi j’ai fais ça. »

Vraiment ? Ok, elle avait bien un début d’explications qui se baserait sur le fait qu’il lui plaisait tout simplement. Certes, elle avait déjà embrassé plus rapidement quelqu’un mais ce quelqu’un possédait un prénom qui ne restait pas en mémoire. Avec lui, c’était différent. Tout était différent. Et si son cerveau ne s’était pas remis en route, ses lèvres seraient probablement toujours posées sur les siennes. Parce qu’elle en avait envie. Parce que ce contact était autant trop court qu’agréable.



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Mer 15 Jan - 15:34



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. charlie & lip


Son expression devenant soudainement naïve et confuse, Lip hocha lentement le menton par la négative. Duncan McLeod, nop ça ne lui disait fichtrement rien, pourtant il connaissait son lot de gens. Des plus normaux en passant par certains qui seraient capables de donner des cauchemars à Charlie pour le reste de ses jours, mais aucun d’eux ne répondait par ce nom.
Et il connaissait encore moins d’immortel à ce nom. Lorsqu’on vivait aussi longtemps, on finissait par se connaitre car la terre était loin d’être aussi grande qu’elle le paraissait lors qu’on avait en sa possession des dizaines de vies pour la parcourir.
Fouillant et refouillant dans sa mémoire déjà trop pleine, il dut se rendre à l’évidence que…

« La télé? »

Son visage s’affaissa un peu et il ne put s’empêcher de rire. Alors ça, c’en était une belle.

« Je cherchais un vrai type que j’étais supposé connaitre au moins de nom à défaut de le connaître personnellement! Puis des immortels, je peux te dire qu’il en reste au moins deux. »

Il n’avait pas vu son père depuis longtemps, non pas que ça le dérangeait particulièrement, ils n’avaient jamais eu une relation à se jeter dans les bras l’un de l’autre, mais il savait de source sûre que Zach était encore en vie pour avoir vu son Luke Skywalker de frère partir bras dessus bras dessous avec une petite blonde plantureuse qui portait des noix de coco en guise de soutien-gorge.
Quant aux autres fiers représentants de leur race, leur nombre allait en diminuant, certes, mais Lip savait qu’il devait en errer quelques-uns ici et là, il suffisait de savoir où chercher.

Sautant d’une référence inconnue à une référence hélas trop bien connue, Lip ne tarda pas à faire la grimace. C’était un affront à leur monde cette chose et il pouvait même aller jusqu’à dire que la comparaison avec Edward Cullen était un affront personnel. Il n’avait rien en commun avec ce--ce… ce truc blanc poudré trop mollasson pour savoir rester droit devant les obstacles. S’il avait été comme ça, il y aurait belle lurette que le monde aurait sombré dans sa fin apocalyptique.
Mais, Dieu merci, il n’était pas comme ça et la planète roulait encore dans le bon sens et à bonne vitesse!

« Ma tête est mise à prix tu sais, mais j’apprécierais que tu la laisses rattachée à mon corps. »

Que voulez-vous, certains démons avaient la rancune tenace! … et certains gardiens avaient des dettes ici et là cumulées depuis plus d’une vie, mais ceci est une autre histoire.

Et le trajet qui lui avait paru bien court s’acheva drastiquement lorsque la jeune femme annonça leur arrivée à destination. Lip aurait bien fait un pâté de maison, voire même deux, de plus juste pour rester encore un peu en compagnie de la sorcière.
Jetant un œil à la maison il émit un sourire imperceptiblement tiré par la déception. Maintenant, le sage truc à faire était de lui souhaiter une bonne nuit, de la regarder entrer à l’intérieur, de tourner les talons et de ne plus chercher à la revoir.
Mais Philip était-il reconnu pour sa sagesse?

Charlotte ne devait pas l’être plus que lui puisqu’elle fut celle qui l’embrassa. Un baiser furtif, surprenant même, puisque Lip ne s’y attendait pas, mais un baiser qui lui fit bien plus d’effet que ses dernières nuits de jambes en l’air réunies.
Elle s’en excusa tout de suite après d’ailleurs. Elle ne savait pas pourquoi elle avait fait ça? L’embrasser ou s’excuser de l’avoir fait?
Il décida pour elle, lui encadrant le visage de ses mains, l’attirant à lui pour l’embrasser encore mais de manière plus profonde et plus longtemps cette fois.

« Moi, j’suis pas désolé » fut la seule chose qu’il trouva à dire lorsqu’il se détacha de ses lèvres.  


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   Jeu 16 Jan - 14:55



Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche
ft. Charlie & Philip


Même si elle ne faisait pas tout à fait partie de la catégorie de gens définie comme normale, voir d’ailleurs pas du tout, elle s’en rapprochait sans doute un peu en ce moment. Dans son monde, les immortels étaient d’abord de possibles personnages de séries traitant de l’étrange. Alors que, dans le sien, il cherchait d’abord si ce nom ne figurait pas dans son cercle de connaissances. Voilà qui expliquait mieux l’incompréhension des débuts. Pour le coup, il y avait peu de chances qu’un vrai type se balade avec une épée pour trancher la tête de ses semblables afin de survivre et de devenir plus fort par la même occasion. C’était un peu tiré les cheveux….
D’accord, jusqu’à ce soir, elle ignorait que « gardien » pouvait définir un immortel chargeait de… garder quelque chose ? Oui mais quoi ?
Si elle se mettait à énumérer des questions, elle aurait probablement une longue liste à lui exposer. Pour ce soir, il était préférable de se contenter de ce qu’il lui avait confié, c’était sans doute déjà beaucoup.

« Crois-moi, si Duncan McLeod existait vraiment, il aurait déjà porté plainte contre son coiffeur. »

Remarque un peu inutile quand il ne voyait pas qui c’était, mais elle l’avait rapidement balayé par une question à sa réponse :

« Toi et … ? Ton frère ? »

Supposition apportée après quelques secondes de réflexion au cours desquelles elle avait probablement analysé les quelques mots qui allaient en ce sens. Mais il pouvait tout aussi bien s’agir de son père ou de son oncle, voir même d’un très lointain cousin germain.
Est-ce que ça avait vraiment plus d’importance que d’autres questions qu’elle aurait pu poser un immortel ? Des questions plus techniques que personnelles ? Sans doute que non mais sa curiosité à elle tenait plus d’un attachement que d’une recherche scientifique ou quelque chose dans ce goût là.
Finalement, le moins normal dans tout ça était qu’ils parvenaient à parler de tout et de rien en glissant quelques conneries de ci de là. La dernière en date étant un investissement certain dans le commerce de peau diamantée

« Tu parles d’un shérif ! Mais puisqu’elle est bien assortie avec le reste, je veux bien t’épargner. »

Oublions un instant l’image du shérif corrompu qu’il donnait, oublions même un temps le fait que sa vie n’était probablement pas de tout repos, oublions encore des questions et concentrons nous sur l’assortiment de la tête et du corps.
Questionner Charlie sur le sujet n’aurait pas le pouvoir de la mettre mal à l’aise, ou de la faire nier pour un motif simple et évident : le manque de crédibilité. Que Pinocchio en prenne des leçons histoire d’avoir un nez moins long. Le compliment sous forme de plaisanterie n’avait au moins pas la tonalité moqueuse du lapin évoqué plus tôt.
Mais il était désormais loin le temps où elle faisait la maligne. Pendant quelques secondes, elle avait perdu tout contrôle et ses lèvres s’étaient retrouvées sur les siennes comme si… comme si finalement ils se connaissaient depuis plus longtemps qu’en réalité ? Comme si ils étaient plus que de simples nouvelles connaissances ? Comme si ils étaient ensemble ? ça semblait juste normal, ou pas tout à fait… c’était trop agréable pour être normal. Trop agréable pour s’excuser finalement ? Philip avait répondu à cette question à sa place et elle avait choisit le silence. Tout ce qu’elle savait à présent, sans chercher à en savoir plus d’ailleurs, c’est qu’elle était bien, là, serrée contre lui, ses lèvres collées contre les siennes, sans avoir besoin d’ajouter un mot. Oui, elle était bien, même si son cœur avait manqué un battement, même si son cerveau ne semblait pas raisonner dans la normalité et on pourrait rajouter une bonne dizaine de « même si » sans que cela change quelque chose.
Et finalement, quand leurs lèvres avaient repris une distance un peu plus respectables, quand il avait choisit de ne pas s’excuser, tout ce qu’elle avait trouvé à répondre se résumait à une main posée sur son cou, à un corps qui se colle davantage à un autre et à des lèvres qui ne voulaient plus en quitter d’autres. Comme une adolescente, elle aurait sans doute été capable de rester là des heures sans avoir la moindre notion du temps. En fait, quand elle était finalement rentrée, un sourire planant sur son visage, elle n’aurait pas su dire combien de temps ils étaient restés sur le porche. Elle était trop ailleurs pour penser à des détails, à des lieux de ressentir un avertissement sous la forme d’un sentiment étrange, un sentiment alarmant qui l’aurait fait redescendre de ce petit nuage sur lequel elle semblait se trouver.




Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shérif Cooper et damoiselle Charlotte sur le porche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
what's hiding under your bed ::  :: les archives :: les sujets terminés-