Partagez | 
 

 la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Ven 17 Jan - 15:00



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Une tête de vaincu, voilà ce qu’arborait Lip depuis son retour de Vegas et même plusieurs kilomètres avant de revenir en Louisiane. Habile, le petit frère l’avait assurément été, mais on ne pouvait s’attendre à moins de la part d’un Cooper envers un autre. Il y avait de ces sujets délicats où on avait besoin d’une conscience extérieure à la nôtre et les frères savaient l’être l’un pour l’autre ce malgré les envies passagères de meurtre que cela pouvait générer.
Il fallait mettre un terme à tout ça.
À tout quoi? S’obstinait une petite voix en son fort intérieur. Depuis quand c’était mal de bien aimer une personne qui vous aimait visiblement bien en retour elle aussi? Oui, la réponse était facile, depuis que cette personne était le clone vivant d’une femme que Lip avait tué deux cents ans plus tôt.
Il fallait mettre un terme à ça avant que l’histoire se répète, ce serait mieux pour elle, mieux pour lui, mieux pour le monde au complet, carrément.
Mais comment être sûr que l’histoire allait vraiment se répéter? Il devait renoncer à quelque chose de bien juste au cas où?
Soit pas débile, tu sais bien ce qu’il faut faire.
Bien sûr qu’il le savait, la voix de son frère n’avait pas besoin d’hanter son esprit pour ça. Il le savait bien avant de cracher le morceau à Zach. Il le savait dès la seconde où il avait reconnu ce visage. Mais ça ne l’avait pas empêché d’enfouir la tête dans le sable. Maintenant, il n’avait plus le choix, il devait mettre un terme à… à quoi au juste? Un baiser?
Bouge-toi crétin!

Stationné devant la maison de charlotte depuis déjà dix minutes, Lip coupa finalement le moteur. Il avait déposé Zach chez eux avant de venir. Vegas d’un trait, il avait une sale mine et bien qu’il aurait aimé dormir quelques heures avant de devoir affronter ce moment, le petit frère avait été formel, pas de repos tant que cette mission n’était pas accomplie. Et Philip connaissait trop bien son frère pour savoir qu’il ne fermerait pas un œil une seule seconde tant et aussi longtemps que Zachariah ne se jugerait pas satisfait.
Quel emmerdeur celui-là quand même!
Grognant comme un animal, le gardien s’extirpa de sa voiture, verrouilla les portières et enfoui profondément les mains dans ses poches de blouson en s’engageant dans la petite allée en pavé.

Comment allait-il pouvoir expliquer à Charlie qu’il ne pouvait plus la voir parce qu’elle était la copie conforme d’une femme qu’il avait aimé deux siècles plus tôt et qu’il avait dû tuer pour sauver l’équilibre du monde?
Au mieux, elle le prenait pour un malade mental fini et lui claquerait la porte au nez. Ça aurait le bénéfice de mettre un terme à tout ça, comme l’obligeait Zach en tout cas.
Respirant un bon coup, Lip frappa quelques coups à la porte et attendit, se balançant nerveusement sur ses pieds.
Nerveux oui, un comble pour un homme qui avait affronté plus de fins du monde que pouvait en compter une vie sans jamais trembler d’effroi devant ses adversaires!
Lorsque la porte s’ouvrit au bout de ce qui lui sembla être des heures insoutenables, Lip en eu presque un sursaut.
Et devant lui se tenait Charlie.
Vas-y, soit un homme.

« Salut. »


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mar 21 Jan - 11:26



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


« A plus tard mamie, amuse toi bien <3 »

Un grand sourire sur les lèvres et une main levée en guise d’au revoir avaient précédé la fermeture de porte. La demoiselle ne s’était pas souciée du froncement de sourcils de Marlene pas plus qu’elle n’avait prêté d’attention au haussement d’épaules suivant. Si elle avait été dans la tête de la chef de famille des Andrews, elle l’aurait entendu se demander quelle mouche avait bien pu piquer sa petite fille pour qu’elle se montre si adorable aujourd’hui. Rien, pas même une remarque moqueuse sur la réunion de bougies entre « vieilles » à laquelle elle se rendait ou sur le chapeau qui trônait sur sa tête et que Charlie aurait normalement qualifié de ridicule, de fait avec de vieux rideaux ou de maison pour oiseaux. Soit Charlotte était d’une humeur excellente, soit elle était fiévreuse, soit elle s’était finalement décidée à être plus gentille avec sa grand-mère qu’elle n’avait pas vu depuis un bout de temps. Son côté grand-mère aimante voulait croire à la dernière version sans penser qu’il y avait anguille sous roche. La Charlotte qu’elle connaissait avait tout de même refusé de participer à une nouvelle réunion du troisième âge, préférant rester tranquille à la maison. Elle n’avait pas insisté, pas même vraiment tenté, bien trop heureuse que sa petite fille ait enfin accepté de regarder des brochures sur les universités du coin. En d’autres termes, il y avait du progrès, c’était déjà ça. C’est donc finalement avec un sourire que Marlene avait pris la direction de la maison de son amie sans remarquer sa petite fille qui guettait son départ par la fenêtre, un sourire sur ses lèvres dès qu’elle avait vu la vieille farfelue disparaître de son champ de vision :

« A mon époque, ils avaient le mérite de finir plus vite dans la tombe. »

A son époque ?
En quelques jours, il s’en était passé des choses de son côté. Des choses qui changeaient tout. Et sa préoccupation du moment était bien différente par rapport à la précédente. Aussitôt Marlene partie, elle s’était retrouvée dans les mêmes lieux qu’elle fouillait depuis son « changement » : la chambre de la propriétaire et le grenier. C’est après avoir fouillé le premier qu’elle s’était retrouvée à fouiller une malle pour parcourir finalement les pages d’un gros grimoire qu’elle commentait régulièrement de mots tels que : « inintéressant », « sorcellerie d’amateurs » ou encore « navrant ». Dans un soupir, elle avait balancé le grimoire derrière elle sans prendre garde au boucan, avant de parcourir le grenier du regard. Un autre vieux bouquin avait volé à travers la pièce mais pour se retrouver dans ses mains ce coup-ci :

« Un sort pour avoir les cheveux brillants ? La sorcellerie est tombée bien bas. Il était temps que… c’est pas vrai ! »

Les quelques mots râleurs qui avaient coupé sa phrase dans sa lancée étaient destinés à l’intrus qui venait de juger bon de frapper à la porte. Un instant, elle avait hésité à jouer la morte avant de finalement se décider à descendre au rez-de-chaussée pour afficher un sourire accueillant une seconde avant d’ouvrir à …

« Philip ! Entre, je t’en prie ! »

On aurait rien trouvé d’étonnant à ce que le sourire de Charlotte s’élargisse à la vue de Philip. On aurait trouvé bien plus étonnant d’apprendre que Charlotte n’était plus Charlotte et que ce sourire ne reflétait pas tout ce qu’elle pensait. Actuellement, elle était plutôt partagée… entre la joie de poser de nouveau les yeux, réellement, sur celui qu’elle aimait… et la rancœur face à celui qu’il l’avait également tué. Sans compter qu’il semblait apprécié un peu trop à son goût la relève… quoique, c’était peut être uniquement son physique qui l’attirait. Fallait le dire, même avec les goûts actuels, elle était plutôt jolie. De la même manière, Philip pouvait toujours être qualifié d’homme charmant, avec un style différent de celui dans lequel elle l’avait connu. D’une poussée, elle avait refermé la porte avant de se diriger naturellement vers le salon :

« Je suis passée te voir… t’avais quitté la ville ? Tu veux boire quelque chose ? »

Grâce à son amie Charlie, il n’avait pas été très difficile de se rendre au bar qu’il tenait dès son retour dans le monde des vivants plus matériels. Malheureusement pour elle, elle revenait avec un petit jour de retard.
D’un air détaché, elle lui avait parlé, comme si elle n’avait pas marqué son air hautement sérieux quand elle lui avait ouvert la porte. Et non, si vous voulez tout savoir, elle ne comptait pas lui dire que Charlotte était partie pour un petit voyage… du moins pas tout de suite.


Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mar 21 Jan - 17:22



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Il n’était pas certain qu’entrer était une bonne idée. C’était préférable d’en finir sur le pas de la porte et de s’en aller. Alors pourquoi il entrait? Parce qu’il était stupide et dirigé essentiellement par autre chose que son cerveau. Ça ne faisait que quelques jours qu’il ne l’avait pas vue, mais un seul coup d’œil à son visage et il se remémorait ce baiser avec autant de clarté qu’au moment d’embrasser la jeune femme.
Et il avait envie de recommencer…
Non, ce n’était définitivement pas une bonne idée d’être entré! Serrant la mâchoire pour chasser aussi subtilement que possible cette envie charnelle, Lip fit mine de se concentrer sur le décor de la maison dans le vague espoir d’avoir une contenance assurée.

« Hum ouais… J’étais en virée avec mon frère. Et une bière, si t’as. »

Pourquoi déballait-il si aisément la vérité? Elle n’avait pas besoin de savoir pourquoi. Sans connaître les détails, elle devait bien se douter qu’il avait une responsabilité ou deux, que son frère était son coéquipier en la matière et que ça pouvait totalement être leur genre de s’éclipser quelques jours sans prévenir personne. Il n’avait rien à justifier, il ne lui devait rien, il la connaissait à peine pardi!
Et pourtant les mots avaient filé d’eux-mêmes et il pouvait entendre à nouveau Zach se ficher de lui dans son esprit. Il pouvait même sentir le coup sur l’épaule en guise de punition pour sa connerie.

Ce fut plus ou moins là, comptant un petit décalage avec sa réponse, que le gardien réalisa le point central de ce que venait de dire Charlotte.

« T’es venue me voir au bar? »

Était-ce si difficile à croire? C’était, après tout, le seul moyen possible qu’elle avait d’entrer en contact avec lui. Alors, si elle voulait le voir, c’était la seule façon d’y arriver.

« Pourquoi? »

C’était une question risquée et qui mettrait peut-être Charlie dans l’embarra, mais elle avait filé aussi aisément que le sujet pourtant secret de la virée à Vegas avec le petit frère.
Elle avait voulu le voir. Rien qu’à cette idée, il sentait un soubresaut dans sa poitrine et avait envie de taper du pied dans le mur pour passer la frustration juvénile d’avoir manqué cette occasion de la voir.

« J’veux dire, il s’est passé un truc? »

Il doutait beaucoup que Ragnar ait décidé de s’attaquer à elle ou autre truc du genre juste parce qu’il l’avait clairement protégée à la soirée d’Halloween. Un vampire âgé comme lui ne partait pas en guerre d’orgueil avec un gardien pour assurer sa suprématie. Se laisser vaquer chacun à leurs affaires, était encore la meilleure solution à adopter, celle qui leur avait permis de partager la même planète pendant près d’un millénaire.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 22 Jan - 9:14



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


Pendant une fraction seconde, elle avait manqué de couper court à tout suspens, ou plutôt de lui donner des soupçons. A la mention du frère cadet de Philip, elle avait eu bien du mal à retenir une moue de dégoût. Des années en arrière, ils n’étaient pas exactement les meilleurs amis du monde. Si à l’époque elle sentait que Zachariah ne la portait pas franchement dans son cœur et était méfiant à son encontre, elle ne mentait pas en pensant qu’elle espérait un jour une relation plus amicale. Après tout, quand on aimait l’aîné, il fallait savoir se faire aimer du cadet. Quelques changements, plusieurs années, et elle en avait une Sainte horreur, ce n’était pas lui qui l’avait tué mais elle était certaine qu’il avait poussé son frère à s’en méfier. Inutile dans ce cas de préciser qu’elle n’était pas ouverte à tout type d’effort vis-à-vis du microbe. Et pourtant …

« J’adorerai le rencontrer un jour »

Quoi ? C’était pas le genre d’ânerie que sortirait Charlotte non ?
Dans la cuisine, tout en ouvrant le frigo, elle avait laissé échapper la moue de dégoût retenue, avant de faire venir la première bière sur son chemin. La technologie avait inventé des décapsuleurs, merveilles de modernités qui auraient fait fureur de son temps, mais elle n’en n’avait pas eu besoin pour ouvrir la bière de Philip d’une simple pensée. Et ce n’était pas l’effort ridicule que ça lui avait coûté qui lui avait mordu brutalement la tempe. Posant une main sur celle-ci, elle avait bien faillit laisser tomber la bouteille.
Entre ses dents, elle avait grommelé à l’autre incapable d’arrêter tout ce boucan intérieur. Depuis l’arrivée de Philip, cette pauvre fille semblait davantage se démener. Ça en aurait presque été touchant si elle n’avait pas choisit pour héros son homme, elle devait bien l’avoir compris maintenant.
Charlie pouvait bien se débattre autant qu’elle le voulait si ça l’occupait, ça n’y changerait pas grand-chose.

« Non, non, juste comme ça. »

En sortant de la cuisine, elle s’était dirigée vers lui pour lui tendre sa bière. Dans un sourire, elle avait ajouté :

« J’avais simplement envie de te voir. »

Et en réalité ? Elle avait réellement envie de le voir. Simplement, elle était aussi curieuse de savoir pourquoi il avait décidé de la tuer au lieu de la laisser accomplir ce qui pourrait finalement les réunir à jamais. Encore aujourd’hui, elle ne pouvait pas le comprendre. Elle ne pouvait pas non plus lui faire confiance. Il ne comprendrait pas que c’était pour leur bien. Cette fois-ci, pour mettre toutes les chances de son côté, c’était en cachette qu’elle devrait œuvrer. Une fois qu’ils auraient l’éternité devant eux, il comprendrait bien à quel point il s’était trompé. Et peut être, alors, elle serait capable de lui pardonner.
La rancœur n’empêche cependant pas les sentiments passés de refaire leur apparition.
De son côté, il l’aimait encore, elle le savait. Pour quelles autres raisons aurait-il pu embrasser sa pâle imitation autrement ?

« Mais toi, t’as pas l’air si heureux de me voir. Ça va ? »

Evidemment qu’il était contrarié. Après avoir cédé à la tentation, il s’était rendu compte de l’affront à la mémoire de la femme qu’il aimait véritablement. On ne pouvait se consoler dans les bras de la copie sans se sentir coupable ensuite.
Et alors qu’elle terminait sa phrase sur une question, elle n’avait pu s’empêcher de poser une main sur sa joue. Parce qu’elle était joueuse ou qu’elle voulait savoir, mais également parce que sentir la peau de ce « traître » lui avait manqué.


Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 22 Jan - 17:34



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


« Je… hum… »

Elle voulait rencontrer Zach?  Pas forcément la meilleure idée du monde compte tenu que celui-ci l’avait forcé à se présenter chez-elle ce soir pour lui annoncer qu’ils ne se reverraient plus jamais. Sûrement qu’après avoir appris ce petit détail, Charlie ne serait plus aussi désireuse de faire sa rencontre.

« Oui, peut-être… pourquoi pas. »

Ça n’allait pas. Ça n’allait plus. C’était comme retirer un pansement. Il fallait tirer vite fait bien fait pour couper court à une douleur plus qu’inutile. Là, il ne faisait que s’enfoncer. Il n’aurait jamais dû entrer dans cette maison. Il aurait dû lui dire qu’ils ne se reverraient plus et s’en aller. Net, propre. Il avertirait son chien de garde devant le bar qu’il ne devait plus la laisser entrer et basta. Au pire des cas elle insisterait un peu, chercherait à savoir le pourquoi du comment. Combien de temps? Quelques jours? Quelques semaines? Ce n’était pas un délai si long pour un homme qui cumulait neuf siècles de vie. Elle finirait par abandonner bien avant lui.
Oui, vite et propre, dès qu’elle reviendrait de la cuisine…

Il déglutit sans pouvoir se retenir, aussi nerveux qu’un écolier – il avait envie de se taper la tête contre le mur pour ça – lorsqu’elle revint finalement devant lui avec ladite bière. Il la prit, but une gorgée qui s’étira sur le tiers de la bouteille à la mention du j’avais simplement envie de te voir, et la moindre parcelle de volonté s’était déjà envolée. C’était lamentable. Il était lamentable.
Pitoyable.
Inévitablement, Charlotte se rendit compte qu’il n’avait pas un comportement familier. Ils ne se connaissaient pas depuis longtemps, mais elle était assez clairvoyante pour remarquer l’absence de son assurance habituelle.

« Ouais… hum… non. Pas vraiment. »

Une minute. Ça ne prendrait qu’une minute. Au pire, elle lui prenait la bouteille pour la lui jeter à la tête – ce à quoi il survivrait.

« J’ai un truc à te dire. »

Il se gratta la nuque, la dévisagea de longues secondes à la recherche d’un peu de courage et expira bruyamment l’air retenu pendant ce temps.

« On ne peut plus se voir. »

Il n’attendit aucune forme d’incompréhension pour poursuivre sur ce qu’il jugeait être la vérité sans forcément la dire en entier. Elle n’avait pas besoin de savoir qu’elle était le clone d’Emily.

« J’ai des responsabilités, une mission, je ne peux pas me permettre de t’entrainer là-dans. C’est trop dangereux. Alors ce serait préférable d’en rester là, voilà. »


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Jeu 23 Jan - 14:37



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


Pour le coup, si le cadet n’était pas au courant, sa réaction pourrait être assez amusante. Moins en tant que Charlotte qu’Emily mais amusante tout de même. Ce n’était toutefois pas le moment de s’attirer des problèmes. Quand elle serait garantie de vivre autant d’années qu’eux, les choses seraient sans aucun doute différentes. Pour le moment, il valait mieux se montrer prudente… même si elle n’en n’avait aucune envie. Après tout ce temps, il y avait trop de choses qui semblaient vouloir la guider vers le chemin qu’elle voulait pourtant éviter. Elle avait envie de savoir pourquoi il avait mis fin à une belle histoire qui aurait pu durer éternellement, elle avait envie de l’embrasser… ce qui contrastait certes avec sa première envie mais elle n’était pas si blanche, pure et amoureuse dans une envie qu’on aurait pu également définir comme une marque de propriété qui avait pour but de faire comprendre à celle dont elle avait volé le corps que ces lèvres là ne lui appartenaient nullement. En tant d’années, elle aurait pu faire preuve de plus de maturité, on vous l’accorde, mais ce qui la guidait aujourd’hui ne l’aidait pas, ce qui la guidait hier n’était également pas encourageable.
Des années en arrière, elle avait prix le goût du pouvoir. Elle l’avait encore, sans doute même plus. Depuis, il y avait encore bien plus à découvrir, plus à maîtriser et puis elle n’était pas avare en compliments quand cela concernait sa maîtrise de la magie. Cette volonté d’être toujours plus forte, d’en avoir toujours plus, ne l’avait pas mené sur le droit chemin même si elle n’y avait vu aucun mal. Aujourd’hui, elle considérait être dans son droit et se moquer même davantage du chemin à emprunter. Disons que la mort n’arrangeait généralement personne, pas plus que le goût de trahison qu’elle avait encore en bouche :

« T’en fais pas, je suis sûre qu’il ne t’arrive pas à la cheville. »

C’est ça, faisons la gourde alors qu’on connaît très bien la raison de la réserve apparente du gardien. Pour sa défense, ça n’arrivait pas tous les jours de revenir à la vie dans le corps d’une autre qui vous ressemblez trait pour trait.
Et puis, elle l’avait lancé dans un sujet qui lui apporterait toute la satisfaction espérée. Difficile de garder un air sérieux, à la limite de l’inquiétude, lorsqu’intérieurement on était plus ravie qu’autre chose.
Voilà, Charlotte avait connu une relation éclair… enfin… si on pouvait appeler ça une relation. Elle n’allait tout de même pas verser de larmes pour elle, même en se forçant, elle n’arriverait pas à en tirer une de toute manière. Pauvre petite Charlie. De son côté,  il était évident qu’elle ne connaissait pas la rupture.
… certes, il l’avait tué. Mais disons que ça montrait la passion qui régnait entre eux :

« Tu mens. »

Laissant sa main quitter sa joue, elle était pourtant restée proche de Philip.

« Mais c’est pas grave, moi aussi…. Si je suis allée à ton bar l’autre jour, c’est parce que j’ai su… je sais pourquoi tu me dis ça aujourd’hui. »

Volontairement, elle était restée énigmatique. On le reconnaît, c’était un peu fourbe de jouer là-dessus. Oui, elle entrait d’ailleurs dans un nouveau niveau et on pouvait même trouver ça sadique, mais elle ne semblait pas vouloir en rester là quand elle avait enchaîné quelques secondes plus tard :

« Sur le coup, je crois que je venais principalement parce que j’étais en colère et que je voulais des explications. Mais tout compte fait, je crois que je comprends. Finalement, c’est en te voyant que je me rends compte que je ne peux pas t’en vouloir d’en aimer une autre. »

Quoi ? Il avait bien plus à se reprocher qu’elle ! Jouer n’était pas un crime impardonnable à son avis et si elle pouvait en tirer quelques confessions en prime, elle ne disait pas non. Sans sembler mal à l’aise, elle avait pris sa main dans la sienne avant de conclure :

« ça ne nous empêche pas de nous voir. Finalement, ça me suffit. »



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Jeu 23 Jan - 21:58



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Ce qui avait commencé par n’être qu’un léger trouble dû à l’absence totale d’envie de faire ce qu’il avait à faire se transformait peu à peu en festival de l’étrange. Tandis que la jeune femme pointait du doigt le mensonge éhonté, Philip se rendit compte que l’ensemble de son comportement ne tournait pas très rond. Comme si c’était Charlie, mais pas Charlie. Ok, c’était un peu hâtif et paranoïaque comme conclusion, il ne la connaissait que depuis très peu, l’avait vue encore moins souvent, comment pouvait-il avoir cette sensation?
Parce qu’il avait du pif. Mais cette fois-ci, il ne voulait pas écouter son instinct parce que c’était juste trop bizarre, même pour lui!

Sauf que, comment aurait-il pu mentir? Comment aurait-elle pu savoir en allant au bar? Il n’avait parlé de rien à personne par souci premier que ça ne tombe surtout pas dans l’oreille de Zach. Personne ne lui avait parlé de rien, c’était tout bonnement et simplement impossible! Surtout que dans les faits, il n’avait pas menti. Il avait été avare de détails et d’explications, mais il n’avait pas menti.

« Qu-que quoi? »

Il en aimait une autre? Où ça? Depuis quand? Qu’elle s’imagine qu’il soit un playeur de bas étage, ça c’était dans l’univers du possible. Mais pas une fois il n’avait laissé entendre quelque chose comme ça. Il avait raté un épisode peut-être. Celui qui expliquait que tout ceci n’était qu’une mauvaise blague. Les caméras allaient sortir de l’ombre d’un instant à l’autre pas vrai? ... … … pas vrai?!
Elle lui prit la main, contact électrique mais qui tendait à laisser croire à la réalité. Ceci était réellement en train de se produire et l’absence de caméra tentait à prouver qu’il ne s’agissait pas d’une blague non plus. Elle était sérieuse!

« J’ai personne dans ma vie, je vois pas où t’es allée piger ça. »

Il retira prudemment sa main, comme s’il avait peur de la blesser. Il savait Charlie entreprenante, après tout, elle l’avait embrassé la première, mais pas de cette manière. L’autre soir, elle lui apparaissait comme légère, à semer des cailloux et récolter ce qui lui serait possible de ramasser. À cet instant, c’était plutôt comme si chaque geste était calculé avec soin pour un résultat précis. Et il avait la désagréable sensation que ne pas obtenir ledit résultat escompté entrainerait une réaction fort déplaisante.  

« J’te dis qu’on peut plus se voir à cause de ce que je suis Charlie. C’est… compliqué, mais crois-moi, t’en tirera rien de bien de rester autour de moi. »

Les Cooper avaient la fâcheuse manie de détruire les femmes qui les approchaient de trop près.

« Tu comprends ce que je veux dire? »

Rien n’était moins certain. Lors de leur dernière rencontre, tout avait été si facile, comme s’ils pouvaient lire dans l’esprit l’un de l’autre. Ce soir était complètement différent. Il sentait ce mur qui faisait obstruction et il ne comprenait pas le moins du monde d’où il pouvait provenir.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mar 28 Jan - 15:09



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


« Non Charlotte, ne sois pas triste ». Si elle l’avait pensé, il était bien inutile de préciser toute l’ironie qu’elle y avait mis. Elle n’était pas désolée pour elle, loin de là. Mais qu’elle ne se sente pas visée particulièrement, elle ne l’aurait pas été pour une autre non plus… oui, même s’il fallait bien admettre que celle qu’elle possédait ne montait pas franchement sur le podium de son top trois. En vérité, sans le côté « j’ai cru qu’il était excusable d’embrasser une bouche qui ne m’appartient nullement », il y avait surtout de l’égocentrisme là-dedans. Tant qu’elle marchait et vivait sur Terre, tant qu’elle pouvait atteindre son but ou encore tant qu’elle restait la favorite, le reste n’avait que peu d’importance. Alors voir Philip repousser la bien audacieuse Charlotte n’allait pas lui arracher une larme mais plutôt lui contenir un sourire. Il était à elle, il l’avait toujours été. Evidemment, il n’allait pas en parler à cette imbécile qui n’y comprendrait rien et qui ne s’était même pas rendue compte que ce baiser ne lui était pas réellement destiné. Et non, si vous vous posiez la question, Emily ne se remettait pas en question et se jugeait bien supérieure à sa pâle copie

« Disons que j’ai mes sources…. »

Ou disons plutôt une source. Assez ancienne et qu’il connaissait plutôt bien. Source qu’elle lui aurait peut être déjà divulguée si elle avait été plus franche, un peu moins fourbe et beaucoup moins joueuse. Préférant rester évasive donc, elle n’avait pas manqué de lever un sourcil, visiblement sceptique devant un Philip qui niait. Cependant, elle avait hoché la tête à plusieurs reprises tandis qu’il lui ré-expliquait avec d’autres mots. C’était compliqué… tu m’étonnes ! Quand on avait un style physique si restreint, ça ne devait pas être évident.
Ok, elle garderait pour elle la note d’humour à défaut d’avoir gardé sa main dans la sienne.
Quand il lui avait demandé si elle comprenait, elle avait une nouvelle fois hoché la tête pour la secouer moins d’une seconde plus tard dans un :

« Pas vraiment.»

C’était quoi son nouveau jeu ? Faire passer Charlotte pour une débile ?
… disons qu’elle essayait simplement d’être fidèle au personnage.

« On n’est pas obligés de se marier tu sais. On pourrait se voir comme ça, une fois de temps en temps.»

Oui, on pouvait s’interroger, mais, rassurons-nous, la sorcière avait prévu d’être plus clair par les gestes et la parole. Alors que ses mains s’étaient posées sur le torse du gardien pour remonter lentement jusqu’à son cou autour desquelles elles s’étaient nouées, elle avait ajouté :

« Je suis une grande fille tu sais, je peux décider toute seule de ce qui est bon pour moi ou non. En ce moment, y’a bien une ou deux choses qui me viennent en tête pour que deux adultes puissent passer le temps agréablement sans pour autant s’engager.»

Ces derniers mots, elle les avait soufflés à son oreille d’une manière plus qu’aguicheuse.
Quoi ? Charlotte n’était pas que débile, il ne fallait pas réduire le personnage, elle était également un peu… disons allumeuse pour ne pas employer un mot vulgaire.


Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 29 Jan - 22:26



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Ce que Philip croyait être une simple méconnaissance de la jeune femme se transformait de plus en plus en sentiment de profonde étrangeté. Le bizarre, le paranormal, le pas normal! Il connaissait encore mieux que le fond de sa poche et plus les minutes passaient, plus les cloches sonnaient l’alarme. Ça ne tournait pas rond dans cette maison. Si son pouvoir avait été de percevoir l’invisible, il aurait eu tôt fait de remarquer qu’il y avait quelque chose de brisé en Charlotte qui n’était plus tout à fait elle-même. Hélas, son don était surtout de conserver éternellement la trentaine.

Déjà, couper les ponts avec elle était plus douloureux que ça n’aurait dû si on prenait en compte qu’ils ne se connaissaient que depuis très peu de temps, mais cet acharnement à entendre complètement autre chose que ce qu'il essayait de lui dire ne faisait que tourner le couteau déjà bien profondément enfoui dans la plaie.
Il lui parlait en chinois ou quoi? Étaient-ils victimes d’un sortilège où ce qui sortait de sa bouche était tout autre que ce qu’il croyait dire? Après tout, elle était une sorcière, mais en était-elle une bonne? Sa lignée remontait obligatoirement à Emily, le sang d’une puissante famille de sorciers coulait dans ses veines, mais était-elle en mesure de garder le contrôle?
Philip se secoua intérieurement. C’était stupide! S’il s’agissait bien d’un truc du genre, Charlie se conduirait… comme Charlie! Ce dont il doutait de plus en plus rien qu’à cette insistance sortie de nulle part sur une soit disant relation. Ils s’étaient embrassés une fois. Il n’y avait pas de relation là-dans. Du moins pas encore. Et Lip sentait que Charlie ne faisait pas partie de ces femmes qui dès le premier regard langoureux se mettait à penser aux noms des enfants et du chien.

« Mais qui a parlé de mariage? »

Pas lui en tout cas! De plus en plus perdu, fouillant sa mémoire pour essayer de trouver une explication plausible à tout ça, le mi-démon s’était laissé murmurer à l’oreille, son front se plissant de plus en plus au fil des paroles de Charlotte.
Il avait rencontré des filles marteaux – et une altercation avec Victoria, la protégée de Ragnar, vous change la perception de cette définition à jamais – mais sur ce coup-là, il devait admettre que la brune faisait très fort.
En fait, plus la jeune femme se faisait insistante et plus Lip voyait dans ses yeux une étincelle qu’il avait crue oubliée depuis longtemps. La folie les guettait donc toutes? Lip était-il destiné à être le déclencheur à chaque fois que cette histoire devait être répétée?

Prenant une profonde inspiration, ce fut avec douceur qu’il passa ses mains derrière sa nuque pour aller chercher celles de Charlie et se délivrer toujours aussi tranquillement de son étreinte. Il ne voulait pas la brusquer, mais si ça continuait de foirer, il allait finir par devenir un peu plus agressif dans la méthode.

« J’en doute pas et, pour être franc, rien me ferait plus envie. »

Il avait une envie folle de l’embrasser. Abandonner cette stupide bataille que ni l’un ni l’autre ne voulait livrer et laisser libre court à son désir, mais il ne pouvait pas. Parce qu’autrement, il serait incapable de regarder son frère dans les yeux à nouveau.

« Mais on ne peut pas. Ma présence te fait aucun bien. Regarde-toi, on dirait quelqu’un d’autre! Qu’est-ce que ce sera la semaine prochaine? Dans un mois? Un an? »

Il porta une main à sa joue pour caresser son visage, transporté, l’espace d’un instant, deux cent ans en arrière.

« Je t’ai détruite une fois, hors de question que je recommence. »

Et soudain, il avait envie de lui raconter toute l’histoire. C’était, semble-t-il, la seule façon de la convaincre de l’oublier pour de bon.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Jeu 30 Jan - 16:19



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


C’est vrai que de son temps, on avait tendance à penser plus facilement au mariage. Aujourd’hui, la société était plus libre, débauchée et on y réfléchissait bien plus de deux fois avant de se passer la corde à coup. Si les choses avaient été de même à son époque, elle n’aurait sans doute pas épousé l’homme qu’elle avait épousé. Philip ? Peut être qu’elle en aurait eu envie oui, c’était même plus que probable… mais pour ça, il aurait fallut qu’il ne la tue pas. Evidemment, ça rendait le chemin jusqu’à l’autel un peu compliqué.
Ici, on ne parlait toutefois pas d’elle… curieusement. Le sujet était plutôt destiné à Charlotte… et évidemment, avec Charlotte, on ne parlait pas de mariage. Ce n’était qu’une passade pour lui, elle pouvait le deviner. Il n’avait vu en la sorcière qu’un moyen de panser ses plaies du passé tout en se replongeant dedans avec toute la nostalgie qu’il devait éprouver. Vu comme ça, elle serait sans doute capable de pardonner plus facilement. Et une fois qu’elle serait la même pour toujours, les mauvais souvenirs auraient peut être une chance de ne rester que des mauvais souvenirs.
Pour le moment, sa priorité avait, dirait-on, un peu changé. Elle semblait vouloir jouer. Intérieurement, elle prenait du plaisir à moquer Charlotte et à mener la conversation pour entendre ce qu’elle voulait entendre.

« Personne… pas vraiment…. Mais, je dois t’avouer au début que je pensais à du sérieux. Au début seulement, se faire plaquer nous fait voir les choses autrement. Si on ajoute à ça le fait que tu te retrouveras avec ta grand-mère dans plusieurs années, on peut effectivement trouver ça compliqué. »

Se faire plaquer ? Mais il venait de dire qu’ils n’étaient pas ensemble. Oui, elle s’en serait doutée mais vu que Charlotte était un peu gourde, voir beaucoup, et qu’elle tentait de se mettre dans la peau du personnage.
Elle ? Un peu mauvaise ? Elle avait le rôle de la victime ici, il ne fallait tout de même pas l’oublier ! Ce serait quand même le comble de la blâmer dans son cas ! Elle méritait plutôt une défense sans failles. Mais passons.
Après avoir, plutôt clairement, proposé une partie de jambes en l’air à Philip, elle s’était vue éconduire, toujours sans surprise. Certes, il avait déclaré en avoir envie mais… après tout… Charlotte avait hérité de quelque chose de bien, son physique. Evidemment qu’il en avait envie ! Son corps devait lui manquer depuis le temps. Il ne l’avait pas oublié, elle ne l’avait pas oublié… et bientôt elle aurait l’éternité pour corriger les erreurs du gardien. Elle n’en doutait pas, elle y arriverait cette fois :

« Alors pourquoi s’en priver ? Je suis une vilaine fille, je mérite une punition. »

Elle avait assez joué, il serait peut être temps d’arrêter non ? Charlotte s’était faite repousser plusieurs fois maintenant, c’était bien plus que suffisant. Si on ajoutait à ça qu’elle n’avait même plus liberté sur son corps, la punition n’en n’attendait pas d’autres.
Qu’est-ce qu’elle y pouvait si elle était d’humeur joueuse ? Elle méritait bien de prendre un peu de bon temps après toutes ces années en tant que… cadavre pour appeler un chat, un chat.

« Je vais très bien. Je me porte comme un charme »

Ok techniquement, il avait doublement raison. Oui, elle était quelqu’un d’autre et oui il l’avait détruite. Il le reconnaissait, c’était un début. Il était probablement rongé par le remord, et c’était encore mieux. Il l’avait tué, le moins qu’il puisse faire à ce sujet c’était s'en vouloir un minimum. Mais elle en désirait plus, ça ne lui suffisait pas. Elle méritait mieux qu’une vague confession.

« Et puis, je t’ai toujours pas remercié pour m’avoir sauvé la vie. Prends ça comme un remerciement ou un moyen de se quitter en bons termes si tu veux. »

Jouer l’ignorante était plutôt dur. Un instant, elle avait hésité à continuer sur la lancée de l’autre femme, mais ça aurait été sans doute trop. Entre tout lui révéler et faire planer un doute sur l’existence d’une autre femme, il y avait un monde. Entre lui faire douter qu’elle savait pour Emily et lui dire clairement qu’elle en connaissait tous les détails, il y avait une très nette différence. Elle brûlait d’envie de se montrer plus claire sur ce coup là, mais elle avait continué sur sa lancée insistante en passant une main sous son haut pour sentir le contact de sa peau plus que par une main tendre sur sa joue.


Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Dim 2 Fév - 20:49



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Ce n’était pas une bonne idée. Il était précisément là pour mettre un terme à cette histoire qui, en réalité, n’en était pas encore une. Pourquoi compliquer les choses en débutant réellement ce qui ne devait plus jamais exister ?
Parce qu’il était faible, il n’y avait pas d’autres raisons. Il ne savait pas comment résister. Elle se trouvait entre lui et la porte, c’était la seule chose qu’elle avait à faire pour l’empêcher de s’enfuir en courant. Juste là, tenant sa bière, il n’y avait plus rien pour lui venir en aide, pas même son bon sens qui s’effritait un peu plus à chaque parole de Charlotte dont les intentions étaient on ne peut plus claires.
Elle le voulait. Ici, maintenant, sans autre forme de procès, sans plus de discussion. C’était ce qu’il recherchait toujours chez une femme, non ? Pourquoi se devrait être différent ? Parce qu’elle ressemblait comme deux goutes d’eau à Emily ?
Charlie n’était pas Emily.
Mais en était-il bien certain ? Pas mal de temps avait coulé, mais il se souvenait encore de chaque moment passé avec elle. En ce moment Charlie se conduisait étrangement comme elle… ou plutôt, comme elle sur la fin.
Non ! Il devait partir. Tout de suite ! Avant de faire une très grosse connerie. Il avait dit ce qu’il était venu dire. C’était inutile de demeurer davantage dans cette maison. Il fallait s’en aller et disparaître de la vie de la sorcière. Rester plus longtemps ne ferait naitre en elle que l’espoir cruel qui ne s’en tienne pas à ses paroles.

« Dit pas ça. Tout est ma faute et j’vais corriger ça. »

En partant. Il s’écarta d’elle, posa le reste de la bière sur une table basse, mais Charlie était déterminée. Elle revint à la charge, enlevant déjà cet espace qu’il venait de s’évertuer à mettre entre eux.
Elle disait aller bien, mais il était loin d’en être convaincu. Il y avait une hâte étrange dans ses gestes qui décalait trop avec la Charlie des autres jours.

« Charlie, s’il te plait. »

Ce n’était pas comme s’il lui avait réellement sauvée la vie. En réalité, chaque seconde passée à ses côtés faisait exactement l’inverse.
Il ferma les yeux lorsqu’elle passa une main sous son t-shirt, savourant la tiédeur de ses doigts sur ventre bouillant.
Il devait partir. Maintenant !
Mais il n’en avait aucune envie…

Inspirant profondément, continuant de se délecter de cette caresse encore quelques secondes, il planta ensuite ses yeux verts dans ceux de la jeune femme. Il n’avait jamais su lutter contre ce visage qui avait dû être expressément créé pour être sa pire faiblesse.
Il abandonna, bien qu’on aurait pu dire qu’il avait abandonné au moment de passer la porte de la maison, se jetant avidement sur les lèvres de Charlie. Il se cramponna à sa taille, l’attirant toujours plus près de lui, jusqu’à ce qu’il ne reste plus une particule d’espace entre eux. Il dévora sa bouche avec une passion plus forte que jamais, une passion qui dormait en lui depuis deux cents ans.

Pour la deuxième fois, il éveillait le mal et cette fois-ci bien plus que la dernière, il était fautif. Car aujourd’hui, il plongeait dans l’abime en pleine connaissance de cause.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 5 Fév - 10:03



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


Hum… techniquement, tout était de la faute de Charlotte. C’est vrai, il fallait être un peu sotte pour s’amouracher du premier venu, d’autant plus quand on portait son indépendance comme un collier de diamants autour de son cou. Elle rêvait de lui ? Raison de plus ! Elle aurait pu un minimum s’intéresser sur le sujet.
Mais, si on remontait dans le passé, il est vrai que la phrase de Philip trouvait davantage de crédibilité. Après tout, elle n’avait pas vraiment de torts dans l’histoire. Si on considérait que vouloir posséder la même immortalité que l’homme qu’elle aimait était mal, il faudrait lui en expliquer les motifs. La soif de pouvoir ? Elle ne voyait rien de mal là-dedans non plus. Qu’on se réveille un peu, elle était une sorcière, une sorcière était faites pour être puissante pas pour lire dans un boule de cristal et tirer des cartes de tarot dans un accent hispanique. Bonjour les caricatures modernes ! Le coup du balai, elle avait déjà eu du mal à s’y faire, mais alors Madame Irma Voyance d’aujourd’hui… elle préférait encore la verrue.
Bref, bien que la reconnaissance de causes n’est rien à y voir, elle voulait bien faire comme si il se référait à cette fameuse fois où il avait trouvé opportun de la tuer. Elle était même prête à passer l’éponge sous certaines conditions et après s’être débarrassée de deux, trois trucs qui pourraient la gêner dans cette existence là. Elle n’était pas stupide au point de commettre deux fois les mêmes erreurs. Peut être qu’elle prenait trop de plaisirs dans le jeu mais elle se pensait sans doute assez maligne.

« Si ça peut te faire plaisir… excuses acceptées ! »

Et elle l’avait retenu. Oui, sans doute avait-elle mieux à faire, mais Charlotte était encore jeune et elle avait assez de temps devant elle pour s’accorder une petite pause de temps en temps.
Lorsqu’il avait repris la parole, elle avait sourit d’une manière qui rendait inutiles des mots pour lui signifier qu’elle ne comptait pas le laisser passer cette porte si facilement. Mais après tant d’années dans le silence, il était bien naturel d’aimer s’exprimer et elle n’avait pas tardé à répondre un trop peu innocent :

« Quoi ? Je te l’ai dis, je suis une vilaine fille…. »

Et elle avait gagné ? Pas vraiment… ou en quelque sorte. Il ne s’était pas lancé dans la longue confession, c’est vrai. Il n’avait pas descendu un peu plus une Charlotte qui ne pouvait qu’écouter quand elle avait un minimum de « contrôle » sur soi. Mais ce baiser…. En plus d’être agréable, elle sentait une partie d’elle, une partie silencieuse, blessée. C’était sans aucun doute ce sentiment qui avait fait passer sur ses lèvres un sourire triomphant tandis qu’une de ses mains s’agrippait au cou du gardien pour appuyer ce baiser qui avait tout de passionné. Avec bien plus de précipitation que de douceur, elle l’avait tiré à elle, l’éloignant de la porte de sortie, pour venir se coller contre un mur.
Si elle prenait mal son incapacité à « quitter » Charlie facilement ? Au contraire ! S’il était encore là, ce n’était pas pour la petite dernière des Andrews. Ce baiser était pour elle. Ils avaient toujours été pour elle. Et tandis que son autre main savourait chaque parcelle de peau de son torse, tandis qu’elle savourait cette affection perdue, Charlotte restait impuissante. Ou presque. Elle était forcée de l’admettre, elle avait quelque peu sous-estimait son potentiel à se débattre et une violente douleur à la tempe lui avait rappelé qu’elle devait maintenir la bride avec fermeté. Du moins pour quelques temps. Tout le monde se fatiguait à la longue.
Cependant, cette vive douleur lui avait fait courber un genou, une courte seconde, elle avait eu le reflexe de relâcher son emprise sur le cou de Philip pour venir la porter à sa tempe. Intérieurement, un juron avait été probablement adressé à Charlotte. Extérieurement, elle semblait s’être reprise et sa main avait tiré le gardien par le col pour venir retrouver ses lèvres.



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 5 Fév - 17:40



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Au diable!
C’était bien la dernière pensée cohérente qu’il eut avant de se jeter avec avidité sur les lèvres de Charlotte. Ce fut sans surprise que la jeune femme accueillit la venue de  ce baiser plutôt que de le repousser. Cela aurait été bien idiot de sa part, elle qui, visiblement, ne souhaitait que ça depuis qu’il avait mis les pieds dans cette maison.
Oubliant Zach, chacune de ses mises en garde et le destin funeste que cette faiblesse allait entrainer, Lip s’abandonna complètement à cet échange, suivant docilement Charlie jusqu’au mur où elle s’adossa. Il laissa ses mains courir sur son corps, s’appuyant de tout son long sur elle pour éliminer toujours plus l’espace qu’il pouvait y avoir entre eux.
Il n’avait jamais su pourquoi elle, encore moins maintenant, mais il ressentait une soif de cette femme qui ne pouvait être étanchée. Tout en elle l’attirait.

Mais cet écho qui sonnait presque désespéré aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Ça et son comportement un peu étrange. Non pas que le baiser d’il y avait quelques jours n’avait pas été sensationnel, mais celui-ci avait un goût différent. Comme s’il avait été attendu longtemps… très longtemps, alors que Lip ne s’était absenté que deux trois jours.
Toutefois, s’il ne se souciait guère plus de la raison première de sa présence ici, le mi-démon se souciait encore moins de la particularité de ce baiser. Il voulait juste embrasser Charlie jusqu’à ce que le souffle lui manque, parcourir son corps de ses mains jusqu’à ce que la friction en devienne douloureuse pour sa peau et maintenant qu’il avait succombé il ne comptait pas s’arrêter si aisément.

Si ça n’avait été de ce soubresaut. Comme une sorte de perte d’équilibre momentanée? Pour Lip, l’événement avait été aussi frappant qu’un coup de fouet ou un seau d’eau glacé en plein visage. Il ne pouvait pas faire ça. Pas encore.
Car après les baisers, les jeux d’amour et les mots doux viendrait l’orage. Il ne pouvait pas laisser les choses dégénérer une seconde fois. Au moins, la première, il avait l’excuse de ne pas savoir. Longtemps, souvent, il s’était dit si j’avais su. Maintenant qu’il savait, quelle serait son excuse? Que pourrait-il bien se dire à lui-même lorsqu’il creusera de nouveau une tombe pour y mettre cette femme?
Et si ça ne se reproduisait pas? Personne n’était certain que l’histoire devait se répéter. Peut-être que Charlie était plus forte que ça. Peut-être qu’elle comprendrait qu’elle et lui n’était voué qu’à quelques temps et qu’elle s’en contenterait bien. L’amour n’était plus perçu de la même manière aujourd’hui alors peut-être que…
Non! Courir le risque était trop gros et incroyablement stupide!

Une seconde après ça, Charlie ramena sa main à sa nuque pour l’attirer à elle et l’embrasser encore. Mais cette seconde avait été de trop et l’immortel s’écarta de sa bouche pour mettre fin au baiser. Il enserra son poignet, sans forcer, pour la retenir si elle tentait une de plus d’attirer ses lèvres aux siennes.

« J’peux pas faire ça encore, j’peux pas » murmura-t-il difficilement.

Il devait le dire, pas vrai? S’il s’expliquait, elle comprendrait. Charlie n’était pas stupide et ce n’était pas comme si elle était profondément attachée à lui. Ils se connaissaient à peine. Cette séparation serait bien plus difficile pour lui que pour elle. Oui, il s’expliquerait, elle comprendrait, ils se diraient au revoir et tout serait terminé sans que le sang n’ait à couler. Ce n’était pas un happy end dans les règles de l’art, mais ce serait tout de même mieux qu’une fin avec vue sur une sinistre et froide pierre tombale.

« Je vis depuis longtemps Charlie, je te l’ai déjà dit. Et mon… rôle, ma mission, m’a parfois obligé à commettre des actes horribles, mais c’est comme ça. Je suis un gardien. »

Il jeta son titre avec évidence comme si cela voulait tout dire, comme si ça définissait absolument tout, ce qui était le cas. Il était un gardien. Les plus importants de ses faits et gestes étaient modelés selon ce terme et selon sa mission.

« Je protège l’équilibre du monde et ça, toi et moi, ça ne ferait que détruire cet équilibre. Je le sais parce que… ça c’est déjà produit. »

Il posa ses mains contre ses joues, les caressant délicatement de ses pouces. Non, il ne ferait pas ça deux fois. Charlotte allait vivre. Peut-être pas longtemps, comparé à lui du moins, mais elle allait vivre au moins davantage qu’Emily avait vécu.

« Et j’peux pas revivre ça. »


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Lun 10 Fév - 9:38



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


Sans vraiment le contrôler, sans chercher à être dans le rôle, elle avait lâché un soupir agacé avant de rouler des yeux. Vexée de se faire rembarrée ? Pas vraiment, plutôt agacée ou contrariée. Et non, elle n’allait pas oublier qu’elle était officiellement une Charlotte, une pâle copie de l’originale, une poupée vide qui avait séduit le gardien uniquement en raison de sa forte ressemblance avec son ancêtre. Finalement, c’est vrai, elle aurait dû être contente de voir son grand amour résister à une allumeuse là où il n’en n’aurait pas été capable avec elle.
Mais être mise en appétit pour ne rien avoir au final faisait perdre une part de satisfaction en plus de celle perdue par la perspective de nuire un peu plus à celle qui s’était prise pour une remplaçante.

« Encore ? A ma connaissance, on n’a pas fait grand-chose pourtant. »

Jouer l’ignorante alors qu’elle savait où il voulait en venir, c’était cruel. Un félin jouant avec son repas avant de l’avaler faisait preuve de plus de clémence.
Pour la suite, elle n’avait pas eu besoin de forcer l’incompréhension. Au début, elle aurait pu comprendre que ce n’était pas possible avec Charlotte parce qu’il avait tué son ancienne version. Evidemment, il n’allait pas lui sortir qu’il n’avait rien de plus pour elle que l’attirance physique provoqué par le souvenir d’une femme qu’il avait véritable aimé.

« J’ignorais que pour être gardien, il fallait également être moine. »

Le ton était moqueur, elle n’avait pu s’en empêcher. Mais l’envie de plaisanterie lui passerait peut être en entendant la suite.
Parce qu’il pensait que l’équilibre serait de nouveau perturbé ? Qu’elle était condamnée à mal tourner ?
Non… ce point là, celui qu’elle aurait pu entendre à la base, elle s’en moquait royalement, il ne la concernait pas. C’était plutôt l’idée globale. Si elle comprenait bien, il justifiait très bien son geste passé. Sa mission de gardien le rendait excusable ?
Qu’est-ce qu’elle avait fait de mal à part suivre sa nature et respecter l’ordre naturel des choses ? Il était normal, pas déséquilibré, de posséder une certaine puissance quand on était plus qu’un vulgaire cafard. L’immortalité était anormale ? L’aimer était punissable ? Il pouvait toujours s’être cherché des excuses avec le temps, mais il avait eu tort.

« Revivre quoi ? »

Le ton était brute et elle avait pourtant ravalé une partie de sa colère avec difficulté avant de lui répondre. Si elle ne l’avait pas fait, elle aurait vendu la mèche. C’était certain.
Charlotte à sa place aurait formulé la question différemment ou en aurait posé une autre. La répétition entre lui et elle l’aurait plus étonné. Mais le sens était le même. La nuance pour Emily était plutôt de retenir la suite… il ne pouvait pas revivre ça… il fallait y penser avant de la tuer.
Revivre… ce mot, elle avait du mal à le digérer.
Et pourtant, elle lui cherchait des excuses. Des excuses qu’elle résumait par le prénom « Zachariah ». Il s’était mêlé de ce qui ne le regardait pas, il avait monté la tête de son aîné. Peut être avait-il jalousé leur relation mais elle se moquait bien de sa motivation, c’était le résultat qui lui restait en travers de la gorge. Penser à lui n’allait toutefois pas l’aider à calmer la colère qui montait et faisait son chemin petit à petit. Elle était prête à exploser et ce n’était pas bon. Prenant sur elle, non sans mal, elle avait finit par ajouter, moqueuse et d’une voix un peu sèche :

« J’ai du mal à voir en quoi on pourrait détruire l’équilibre… une partie du mobilier, j’veux bien… »

Elle ne pouvait pas lui faire confiance, pas encore…. Il y avait certaines choses à modifier d’abord. Qu’est-ce qui l’empêcherait d’avoir la même réaction que par le passé ? Pas son imbécile de frère en tout cas.





Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 12 Fév - 18:03



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Philip ne sut retenir un soupir. La vérité ne rimait à rien, il ne la comprenait pas lui-même. Elle allait prendre pour un fou, ce malgré le fait qu’elle soit une sorcière. Pour sûr, elle allait le prendre pour un dingue, ou pire, une sorte de stalker pervers ou autre. Comment pouvait-elle croire qu’elle était à ce point la copie conforme d’une femme ayant vécu dans les années dix-huit cents? Lui-même, ça lui avait pris du temps et il avait eu son lot d’événements insolites au cours de sa longue vie!

« C’est compliqué… et je sais où ça va mener. »

Il se répugnait à lui expliquer. Il n’avait pas envie de lui apprendre en quel monstre il avait transformé son ancêtre, puis après comment il l’avait tuée. De toute manière, ça ne changerait probablement que peu de choses. À la limite, elle le croirait et lui dirait que ça ne se reproduira pas, qu’elle n’est pas Emily et blablabla.
Pourtant l’histoire était bien en voie de se répéter non? Autrement, Charlotte n’aurait pas ce comportement si décalé de celui qu’elle avait quelques jours plutôt.

« Pas moine, mais on essaie d’éviter de jouer avec le feu quand on peut. »

Les femmes en général, aucun problème! Celle-ci en particulier était toute autre, c’était bien là le nœud qui faisait coincer tout l’engrenage.

Son entêtement à ne pas s’enfoncer dans les détails prit un nouveau coup. Revivre quoi? demandait-elle durement. Il serra les dents et détourna le regard pour s’empêcher de soupirer une nouvelle fois. Il n’avait plus le choix. Il fallait qu’il parle, qu’il déballe tout, et le plus important, qu’il se casse à l’autre bout du monde tout de suite après. Zach pouvait très bien rester ici seul quelques temps non? Il se ferait un malin plaisir à gérer l’Artémis et il pouvait parfaitement surveiller la potentielle sans lui, il le faisait déjà!
Et pourquoi pas la Nouvelle-Zélande, c’était sympa à cette époque de l’année! Ou bien l’Australie. Oui, loin, le plus loin possible serait le mieux. Charlie n’irait pas jusqu’à le retracer au sommet d’une montagne de Nouvelle-Zélande et si pointer pour poursuivre cette conversation non? Non! Et là… il ressemblerait vraiment à un moine perché dans son monastère coupé de toute distraction humaine.
Pathétique!

Avec difficulté, Lip s’écarta pour une nouvelle tentative de mettre un peu de distance entre eux. Les jeux étaient faits. C’était maintenant l’heure de cracher le morceau et advienne que pourra.

« On le pourrait parce qu’on l’a déjà fait. Ou plutôt je l’ai déjà fait avec ce que je suspecte être ton arrière-arrière-arrière-je-ne-sais-trop-combientième-grand-mère. Ça serait dans l’univers du très possible, elle avait un fils quand… enfin bref. »

Il secoua la tête pour vaguement tenté de chasser la culpabilité. Il avait fait de ce pauvre enfant un orphelin en pleine connaissance de cause.

« Elle était ta… non tu es sa copie conforme, la ressemblance la plus frappante que j’ai jamais vue et j’en ai vu des trucs, tu peux me croire. Et ce qu’on avait n’était pas suffisant pour elle. Pour moi non plus » admit-il sincèrement « mais je faisais avec. Pas elle. Elle voulait plus, elle voulait être capable d’être avec moi, toujours. La vie éternelle, ça peut te paraitre flou, démesuré, abstrait, mais tu verras ça d’un autre œil dans vingt ou soixante ans quand tu compteras les rides et que j’aurai encore la même tête. »

Il prit une petite pause, autant pour rassembler ses mots que pour laisser le temps à Charlie d’absorber ce qu’il avait déjà déversé en flot d’explications mal assemblées. Il avait la sensation de s’emmêler les pinceaux et lui, il connaissait l’histoire, alors elle?

« Ta famille est une vieille et puissante famille de sorciers et Emily voulait utiliser ce pouvoir pour s’approprier la chose dont elle avait besoin pour être avec moi, l’éternité. Seulement voilà, le monde obéit à un cycle et l’être humain est fait pour vivre et mourir. S’approprier la vie éternelle a un prix et ce prix, peu importe la façon, c’est votre humanité. Ça a détruit Emily… avant même qu’elle n’y arrive alors je n’ose pas imaginer si elle avait réussi. »

Il se souvenait encore de cette espèce de folie qui dansait dans ses yeux à ce moment-là. Elle n’était déjà plus la Emily qu’il avait aimée.  

« Et toi. On se connait depuis à peine une semaine et regarde-toi? Je te sens déjà différente. Je sais pas pourquoi, mais je suis un poison pour toi, c’est pour ça que ça doit s’arrêter. Je t’ai tuée une fois, ne me fait pas recommencer. »

Parce qu’il le referait. Quoi qu’il en coûte, parce qu’il était un gardien et que, pour toujours, ce serait la mission avant le reste.


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Sam 15 Fév - 10:06



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


Il était à point. Il parlerait de son douloureux souvenir… et elle y gagnerait quoi ? Cette question, ce n’était pas elle qui se la poserait. Ce n’était pas son genre. Non, c’était plutôt le genre de sa copie conforme remplie de bons sentiments. Elle, elle n’irait pas plaindre Philip de revivre un moment douloureux de son passé alors qu’il en était responsable. Elle n’avait rien à se reprocher concernant leur histoire passé, elle n’en doutait pas. Elle avait tout fait pour eux. Tout pour qu’ils puissent s’aimer sans que le temps ne vienne contrecarrer leur souhait le plus cher. Lui, il avait tout ruiné en l’espace de quelques secondes. Et pourquoi ? Son esprit embrumé par la folie s’était souvent dit que c’était, pour la majeure partie, la faute de Zachariah qui avait trouvé le moyen de monter la tête de son frère contre l’amour de sa vie. Aujourd’hui, de manière bien plus rare, elle s’était demandée si Philip n’avait pas manqué également de confiance en elle, pensant qu’elle ne serait pas capable d’un tel exploit et ne ferait que se détruire. Maintenant, elle écoutait simplement, contenant sa colère alors qu’elle comprenait qu’il ne remettait pas en cause sa décision. Il semblait… non, il était, persuadé d’avoir pris la bonne décision à l’époque. Au cours de toutes ces années, il ne s’était pas dit qu’il avait simplement tout gâché ? Qu’il avait fait la pire chose de sa vie sans réel besoin ? Non… il était un gentil gardien, il avait protégé l’équilibre.
Serrant les dents au fur et à mesure de son récit, elle avait peiné à ne pas intervenir à plusieurs reprises. Elle l’avait laissé finir, difficilement. Elle était restée cette brave Charlie avec encore plus de mal et avait contenu l’explosion de mots qui bouillonnaient intérieurement.

« Hum… tu t’es jamais dis que physiquement, t’avais un style trop restreint ? »

Quoi ? Charlotte avait bien le droit d’être moqueuse. Et si la moquerie était prononcée avec dureté, c’était son droit. Après cette confession, elle était plutôt fière de ne pas avoir flanché au sentiment qui dominait en elle. La colère ne serait pas la meilleure de ses alliées à l’heure actuelle. Vu ce qui lui disait, il valait mieux éviter de se faire démasquer avant d’être une éternelle sorcière. Après, ce serait une autre histoire. Il n’était pas débile, il verrait bien qu’il s’était trompé et alors il pourrait répéter des excuses afin qu’elles soient parfaites au moment où il les prononcerait. Il pourrait également dire à son abruti de frère que ses conseils ne valaient pas grand-chose.
Non… son abruti de frère, elle s’en occuperait comme une grande. Mais Zachariah n’avait rien à faire dans leur conversation pour le moment. Pas plus qu’Emily… malheureusement.

« Laisse moi résumer histoire de voir si j’ai tout compris. T’étais amoureux d’une fille comme moi… disons vraiment comme moi. Elle t’aimait en retour, tellement qu’elle a voulu passer plus de temps avec toi, sacrifiant une vie mortelle avec sa famille et sans doute d’autres petites choses au passage. Et toi, tu l’as tué. C’est vrai que pour un poison, t’es plus qu’efficace. »

Est-ce que Charlotte serait aussi méchante que ça ?
Oh non, Charlotte était trop parfaite, Charlotte avait le droit à un avertissement avant qu’on la tue. Elle, elle n’avait pas reçu de petite note.
En était-elle bien sûre ? Absolument. Et pourtant, une personne extérieure au courant du passé aurait pu lui rappeler quelques bons conseils de son amant ici présent. Mais passons, il était parfaitement clair pour elle qu’elle était la pauvre victime sans aucun tort à se reprocher.
Levant un doigt, pour signifier qu’elle avait quelque chose à ajouter, elle avait continué :

« Oh mais c’est pas terminé. Tu rencontres ensuite sa copie vivante. Tu sympathises un peu avec elle… enfin je suppose qu’un baiser est un signe de sympathie. Et là, et je trouve que c’est la meilleure partie, tu te dis après réflexion qu’il serait peut être bon de mettre un peu de distance avec elle. On sait jamais, tu pourrais la tuer… encore ? C’est vrai que, pour le coup, y’a de bonnes raisons de devenir immortelle quand t’es dans les parages. »

D’accord, ce n’était pas être méchante, ça relevait plus de la pure cruauté. Mais il l’avait bien cherché, et elle faisait comme elle pouvait dans la peau de Mademoiselle Incapable. En fait, elle se trouvait même plutôt clémente, elle aurait pu en dire beaucoup plus. La moquerie s’était pourtant arrêtée là, du moins pour le moment. La conclusion de la tirade étant sur le point d’être prononcée.

« Tu sais pas où mon ancêtre est enterrée par hasard ? Je vais peut être aller fleurir sa tombe histoire de lui montrer que j'aurai été dans son camp. J’te comprends pas… nous, à côté, c’est pas grand-chose, j’te l’accorde. Mais avec elle, excuse moi de te le dire, mais peut être bien que t’as gâché quelque chose. »

Ah Charlotte ! Sa meilleure avocate tout compte fait.



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
avatar
boo
the casper of your life
avatar : jensen ackles
messages : 611
profession : propriétaire d'un bar à démons pour le côté lucratif ;; la business familiale officielle est la protection de l'équilibre entre le bien et le mal! méchants démons beware, les Cooper brothers vous surveillent!
nature : half-demon, du sang de brachnavos et de tueuse coule dans ses veines!
dons surnaturels : immortel, agilité, force et endurance décuplées, regénération rapide
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Mer 19 Fév - 17:47



la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée
ft. charlie & lip


Tout ça était flou, presque abstrait, même pour Lip et pendant qu’il essayait d’expliquer de son mieux pourquoi ils devaient se dire adieu ce soir, il ne remarquait pas l’attitude de plus en plus crispée de Charlotte. Ou s’il la remarqua, il préféra ne pas s’en préoccupé en se disant que c’était complètement normal de réagir comme elle le faisait.
Enfin presque… Il se faisait des idées ou Charlie était en train de s’oblitérer complètement au profit d’Emily, prenant son parti comme si elle n’avait rien à voir dans cette histoire? Pourquoi avait-il la sensation que, normalement, la jeune femme aurait plutôt privilégié ce qui se rapportait à elle en premier?
Mais allez savoir, ce n’était pas comme si Philip la connaissait si bien que ça, peut-être que Charlotte était précisément du genre à faire passer tout un chacun avant son propre bien être… non, même en se le répétant, ça lui donnait un goût bizarre en bouche, comme un fruit un poil trop amer.

Tout du long, néanmoins, il ne pipa mot, laissant le marteau du reproche taper toujours plus fort à chaque coup que lui donnait Charlie. Elle avait raison, bien que cette énergie à défendre une femme qu’elle n’avait pas connue était étrange, elle avait raison sur toute la ligne.
Ce n’était pas comme s’il ne s’était jamais tenu ce discours lui-même, mais le monde primait, c’était comme ça. Cette justification ne retirait en rien la culpabilité, mais elle en demeurait une, la seule qui comptait pour ses patrons et pour l’humanité. Sûrement que le genre humain n’applaudirait pas sa destruction en sachant qu’il le devait à l’amour aussi franc, passionné, partagé pouvait-il être.

« Peut-être oui, mais si je n’avais rien fait, tu ne serais pas là aujourd’hui pour pouvoir me le faire remarquer. »

Il perdait son temps, il faisait mieux de simplement partir, mais il avait besoin de se battre, faire entendre son point de vue. Ça ne valait pas grand-chose si c’était pour ne jamais se revoir, mais il espérait néanmoins qu’elle comprenne pourquoi il avait fait ce qu’il avait fait.

« La vie et la mort ne sont pas des jouets. On ne peut pas décider d’en briser un parce qu’on en veut pas, le cacher sous le lit et l’oublier pour toujours. Ça ne fonctionne pas comme ça, il y a des répercutions et je parle pas de oh sympa, je suis devenu tellement puissant que je peux repousser la mort pour toujours! Je parle de dénaturation complète de ce que tu es, chercher à atteindre cette puissance, c’est se détruire au profit du pouvoir. On devient… une sorte de vaisseau juste bon à conduire ce mal qui déséquilibre la balance. »

Il prit une pause, le temps de reprendre un peu son souffle. Ce phénomène, il ne l’avait pas vu uniquement auprès d’Emily. Elle n’était pas la première sorcière à avoir cherché à atteindre l’immortalité, loin de là.
Mais avec Emily, ça avait été bien plus déchirant qu’avec n’importe quel autre. Et il s’était enlisé dans la stupidité, il avait fermé les yeux, préférant ne pas voir, pour au final ne pouvoir rien faire d’autre que ce qu’il avait fait.

« J’ai tué Emily, c’est vrai, je ne m’en cache pas. Mais pour être franc, celle que j’aimais n’était déjà plus de ce monde. »

Ça non plus, ça ne soulageait aucunement du poids de la culpabilité, mais il pouvait avoir la conscience tranquille sur un point, il avait dit la vérité. Toute la vérité et rien que la vérité.
Ne trouvant rien de plus à ajouter, pensant qu’ils avaient fait le tour de la question, l’immortel se retira lentement à reculons vers la porte d’entrée.

« J’suis désolé de t’avoir embarquée dans tout ça. Le mieux aurait été de juste partir du bar quand je t’ai vue entrer… mais j’suis qu’un crétin, c’est pas neuf cents ans qui ont changé quelque chose à ça hélas. »


break the spell
i could fight you till the end, but i will lose you if i win so i guess i'll just keep on giving into you, like i always do, no matter how try. or maybe could it be, that you're the part of me, that's keeping me alive. how am i supposed to break this spell you've got me under...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t17-lip-cooper-half-demon-but-full-awesome http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t34-philip-j-cooper#91
avatar
p'tit biscuit
a so eatable cookie
avatar : Nina Dobrev (c) Chevalisse
dc : The french Highlander : Zach MacLeod & Bloody Irma
messages : 517
état civil : Célibataire
profession : Barmaid
dons surnaturels : Télékinésie
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   Jeu 20 Fév - 15:55



La bonne chose à faire n’est pas toujours la plus enviée
ft. Charlie & Lip


On lui avait complètement retourné le cerveau, c’était impossible autrement. Non, elle ne s’imaginait pas des choses parce qu’elle était déçue. Ils s’aimaient. Leur passion était incomparable à d’autres. Sans une certaine compagnie, dont elle se serait largement passée, ils auraient eu l’éternité pour la vivre. Et, si elle considérait que ce n’était pas trop tard, il y avait certaines précautions qu’elle n’avait pas prises à l’époque sur lesquelles elle devait se concentrer aujourd’hui en toute première priorité.
Ici, maintenant, elle ne pouvait pas se permettre de laisser s’exprimer sa colère. Elle devait se contenir. Se persuader que, de toute manière, ça ne servirait à rien. Quand elle serait comme lui, éternellement jeune, il comprendrait tout seul qu’il avait eu tort. Par rancune, elle pourrait toujours lui faire des reproches mais avec le temps… quand il n’aurait plus aucuns doutes de son erreur et quand il aurait compris que le pouvoir qu’elle gagnait ne pouvait être une mauvaise chose, ou du moins quelque chose de punissable, ils passeraient probablement au-dessus du passé. Ils étaient faits pour être ensemble. Lui-même l’admettait en fricotant quelques temps avec son double.

« C’est sûr que c’est facile de parler de mort quand on ne risque pas de la connaître en personne ! »

Il était là depuis des siècles et n’avait pas mal tourné.
Non, elle n’était pas capable de voir la très large différence qu’il y avait entre eux. Elle n’en faisait qu’à sa tête et voyait bien que ce qui l’arrangeait.
A dire vrai, elle ne lui avouerait probablement pas, mais elle se moquait plus qu’un peu du bien et du mal quand son intérêt était servi. Qu’importe qu’elle ait plus de pouvoirs que les autres, elle leur était supérieure ! Ce n’était que normalité quand on y réfléchissait. Le bien, le mal… c’était pour les naïfs et les petits. Elle n’était aucun des deux, elle laissait donc le débat à sa place : dans une cour de récréation.
A nouveau, elle avait sentit la colère la dominer. Serrant dents et poings, l’envie de faire tout claquer aux alentours avait été plus que tentante. Mais petite Charlotte ne ferait probablement pas ça. Non, petite Charlotte avait appris de grand-maman que c’était maaaal. On lui avait bousillé le cerveau en lui faisant croire qu’elle pouvait devenir une vilaine sorcière. Pas de doutes, après son départ, les Andrews avaient viré sacrément paranos.

« Si ça peut t’aider à déculpabiliser un peu et dormir la nuit, continues à penser comme ça. Mais, personnellement, je pense que je vais en douter. »

Elle n’avait pas changé ! C’était lui ! A cause de l’autre idiot ! Il avait pris peur, il était devenu méfiant ou c’était cette stupide histoire de gardien, elle n’en savait trop rien. Mais elle était certaine d’être restée Emily. Ok, elle admettait avoir changé un brin… mais pour s’améliorer. Elle n’était pas née pour la médiocrité, c’était son droit d’y échapper et, honnêtement, il l’avait aidé. C’était pour lui, pour l’aider, qu’elle avait ressentit véritablement les bienfaits du pouvoir. Agacée, elle lui avait ouvert la porte sans bouger d’un pouce. S’il préférait partir, qu’il le fasse. Mais ses excuses devraient être proches de la perfection quand il reviendrait, non pas pour Charlotte, mais pour elle. En guise de pénitence, elle se chargerait de le débarrasser de son nabot de frère. Pour le moment, la solitude l’arrangeait bien, elle en avait besoin pour calmer cette colère :

« C’est ça, prends la fuite avant d’admettre que tu as eu tort. »

Tort de ?
Aucune importance, Charlotte pouvait parler d’un tas de choses quand elle ne parlait que d’une seule.

« On se reverra bien assez vite de toute manière. »

Parce qu’elle en avait décidé, et que c’était comme ça, comme pouvait en témoigner cette manière de fermer la porte pour ponctuer sa phrase. Il ne s’en tirerait pas à si bon compte quand elle serait redevenue Emily à ses yeux.
Pour l’heure, Marlene pouvait remercier le ciel de ne pas être dans le coin. La vieille aurait fait un excellent cobaye pour passer ses nerfs. Elle devrait néanmoins trouver pourquoi Charlie avait fait voler la table basse contre le mur… l’adolescence et ses éternelles crises !



Voices trapped in yearning
Memories trapped in time. The night is my companion ; the solitude my guide. Would I spend forever here and not be satisfied ? And I would be the one to hold you down, kiss you so hard. I'll take your breath away. And after I wipe away the tears, just close your eyes, dear. Through this world I've stumbled, so many times betrayed, trying to find an honest word, to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t13-charlie-andrews-tears-in-my-beers http://underyourbed.forum-canada.com/t48-charlotte-j-andrews
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée   

Revenir en haut Aller en bas
 

la bonne chose à faire n'est pas toujours la plus enviée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
what's hiding under your bed ::  :: les archives :: les sujets terminés-