Partagez | 
 

 les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
boo
the casper of your life
avatar : aidan turner
messages : 272
état civil : fiancé, sorry ladies!
profession : chasseur de trésors, voleur, arnarqueur!
MessageSujet: les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver   Jeu 18 Sep - 13:21



   
les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver
   ft. l'anglais et la libraire


Commander un livre sur les loups-garous dans une librairie ? Sérieusement ? Ouais, sérieusement ! Parce que Marshall avait encore du mal à avaler tout ce qui c’était passé, il s’était gardé de commentaire, mais autrement nul doute qu’il aurait fait savoir sa façon de penser à sa fiancée. Son excuse ? Les livres arrivaient toujours en meilleure condition en passant par un entremetteur du métier. Peut-être que les expéditeurs n’avaient aucune considération pour les particuliers, mais au moins ça avait la qualité d’être plus discret.
Et pour la peine, Marsh avait jugé préférable d’aller chercher ce bouquin lui-même. Ce n’était pas franchement utile qu’en plus d’avoir fait venir un manuscrit rare et âgé sur les loups-garous, ces pauvres gens aient en plus droit à une Roxy trop pressée d’y jeter un œil et la voir se jeter sur les pages fragiles avec autant d’appétit qu’un obèse affamé.
Il laissa donc sa tendre moitié avec sa douce moitié – à comprendre ici la fiancée et le garçon d’honneur – et savoura avec ravissement un peu de tranquillité. Suffisamment pour décider de marcher plutôt que de prendre un taxi ou même les transports en commun. L’air frais lui faisait tout autant de bien que se dénouer un peu les pattes et prendre le temps de réfléchir en tête à tête avec lui-même.

Les jours passés avaient commencé à détendre l’atmosphère entre Marsh et Roxy, le tout en grande partie dû à Jonathan qui avait toujours les mots qu’il fallait. Il avait raison, ça aurait pu être pire que transmettre la malédiction à la jeune femme et le frisé le savait déjà tout seul. Et une chose que Jon n’avait pas cherché à faire, c’était de le faire déculpabiliser. En sachant que ça ne fonctionnerait pas et en sachant aussi que le loup avait son propre processus d’acceptation en route. Chaque jour allégerait ce poids, parce que le temps offrait toujours de la perspective.
Ce fut donc la tête un peu moins triturée que les jours précédents que Marshall atteint la librairie. Il vérifia l’adresse que Roxanne lui avait griffonnée sur un papier pour être sûr et entra, le tintement de la cloche annonçant un client suivant inévitablement l’ouverture de la porte.

Par curiosité, il laissa son regard se balader un peu partout, repérant le comptoir de services du même coup. Toujours en observant ce qui l’entourait en se demandant comment il ferait pour pénétrer illégalement cet endroit – non pas pour y voler quoi que ce soit, plus pour le jeu du comment il procéderait, c’était le genre de trucs qu’il faisait souvent –, le frisé termina son avancée sur un petit rythme tapé du bout des poings sur le comptoir. Lorsqu’il eut l’attention de la miss de l’autre côté, il colla son sourire de déguingué charmeur sur sa figure barbue de quelques jours.

« Salut ! Je viens chercher une commande. Hum… pour Harper ou Montgomery je suis pas sûr » fit-il de son accent anglais en se grattant le menton.

Ça surprenait quelqu’un que sa fiancée se plaise déjà à se faire appeler Madame Montgomery ? Pas Marshall en tout cas.
   


can you feel my heart
i'll be kind, if you'll be faithful, you be sweet and i'll be grateful. cover me with kisses dear, lighten up the atmosphere. keep me warm inside our bed, i got dreams of you all through my head. fortune teller said i'd be free and that's the day you came to me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t184-marshall-la-seule-valeur-chez-les-voleurs-cest-celle-de-largent http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t185-marshall-a-montgomery
avatar
❝ Invité ❞
Invité
MessageSujet: Re: les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver   Sam 20 Sep - 13:25



   
Les livres nous rassemble ...
   ft. L'Irlandaise Vs L'Anglais

Nouvelle Orléans, on dit que c'est la région du renouveau, ou peut être que cette petite dame m'a prise pour une touriste. Mais je décide de poser mes valises ici, loin de mon Irlande natale, loin de toute ses légendes historiques et en même autrefois ville du vaudou. Je veux me laisser une chance de reconstruire ma vie d'oublier tout, ce drame ses cauchemars qui me hantent chaque nuit ce monstre qui semble me suivre partout en me créant de nouvelle légendes, je suis Irlandaises j'ai besoin de légendes ;). Ce renouveau commence par un travail.

Aujourd'hui c'est la fin de ma période d'essai, le dernier jour avant la sécurité de l'emploi. Cette petite librairie de quartier me plait beaucoup et son patron un vieux bonhomme peut passé pour fou au premier abord mais quand on y regarde de plus près cet un homme qui a eu une vie très difficile, et c'est un homme de grand savoir, et puis c'est un vieux fou que j'adore.
Les livres qu'il possède ne sont pas commun, pour exemple le dernier qu'il a reçu, une commande d'un particulier cet un très vieux livre qui parait avoir des siècles derrière lui, Monsieur Jones très exciter me l'a montré, tel un enfant, il laissa ses mains glisser sur sa couverture de cuire pourvu de marques semblable a des griffes,

- Vois- tu, mon enfant c'est pour des moments comme celui ci que j'aime mon métier, comprend tu la chance que nous avons aujourd'hui, ses yeux brilles de fierté cela fait un journée que nous l'avons et j'en ai déjà dévoré la moitié, faculté que j'ai depuis que je suis toute petite la lecture ne perd pas de temps avec moi, il faut dire qu'en plus ce livre me parle beaucoup et je suis très intrigué de connaitre la personne qui a pu commander ce livre. Comment l'a t-il trouvé? Comment le connaissait - il?

J'ai passé la nuit a feuilleter ce manuscrit, tout y est tellement détaillé que je suis persuadée d'une chose la personne qui désir se livre ne peut être inconnu a ce nouveau monde qui m'a été imposé.
8h du matin Monsieur Jones descend, ouvre les rideaux dans une heure nous ouvrons la librairie, il me faut remettre le livre dans son colis et finir de le préparer pour le remettre a sont futur propriétaire.

- Tu es resté veiller toute la nuit? s'étonne mon parton.
Je lui offre un sourire de petite fille prise en faute et lui m'offre un café,

- Je m'en doutais un peut monte te rafraichir à la maison je vais finir de préparer. Vous avais-je dis que mon parton été adorable?

- Merci Monsieur Jones, je lui dépose un bisous sur la joue et monte les escaliers en courant.

Une fois prête, je redescend aider, nouvel arrivage de livre ancien, c'est la semaine, de belles merveilles nous attendent pour la matinée. L'après- midi je suis dans coins vente c'est en générale le moment que les gens choisissent pour venir chez nous mon patron reste dans l'arrière boutique avec ses livres mystiques.

Un homme pour la porte, je le remarque juste a son pas, je le laisse faire le tour, dans une librairie ce n'est pas comme dans un commerce classique, on ne saute pas sur le client.
Il s'avance et me demande sa commande. En levant la tête vers lui je ressens quelque chose de bizarre, mon regard bloque un moment sur lui, je ne comprend pas ce qu'il se passe, je l'observe. Quelqu'un se gratte la gorge cela me sort de ma torpeur,

- Oui bien sur, un regard rapide sur ma liste "Montgomery" le livre sur les loups garous, alors voilà le commanditaire de cette commande particulière, et donc en lui remettant sa commande je tente le tout pour le tout.

-C'est un manuscrit bien rare, que même nous ne connaissions pas comment avec vous connu ce livre? Lui dis-je avec un sourire pour essayer de masquer mon intérêt.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
boo
the casper of your life
avatar : aidan turner
messages : 272
état civil : fiancé, sorry ladies!
profession : chasseur de trésors, voleur, arnarqueur!
MessageSujet: Re: les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver   Lun 22 Sep - 15:35



   
les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver
   ft. l'anglais et la libraire


Pendant que la femme vérifiait dans ses registres, Marshall se remit à taper un rythme sur le comptoir, relançant son observation des lieux. La sécurité ici était médiocre. Une simple alarme à code en rentrant et quelques caméras. Il pouvait se faire cette librairie les doigts dans le nez s’il le voulait.
D’un autre côté, qui irait piquer des bouquins ? Ouais bon, sa copine, pour sûr. Roxanne serait tout à faire le genre à penser que des livres valaient le coup de commettre un larcin. Cette fois-ci, néanmoins, elle avait opté pour la solution plus légale de payer ce qu’elle désirait. Pourquoi se casser le cul à voler si on ne pouvait rien se payer avec hein ? … Oui, cette logique avait du sens et si vous ne comprenez pas, ce n’est pas bien grave.
Dans son petit monde, l’anglais n’avait pas songé à ouvrir toutes grandes les portes de ses cinq sens, ce pourquoi il n’avait pas encore remarqué le gène particulier qu’il partageait avec la femme de l’autre côté du comptoir. Ne lui en voulez pas, l’odora surdéveloppé avait ses désagréments. Comme lorsqu’on passait près d’une personne à l’hygiène plutôt douteuse ou qu’on marchait sur une plaque d’égout. Après plus de douze ans, le loup avait appris à utiliser ce talent uniquement lorsqu’il en avait besoin, ce qui n’était pas plus mal !

Ramenant son attention à la dame lorsqu’elle revint vers lui avec son paquet contenant le précieux bouquin, Marshall sourit de satisfaction. Et s’il mentait aussi facilement qu’il respirait, cette fois, à la question de la libraire, il se cantonna à la vérité.

« Ah la grosse tête c’est pas moi, c’est ma fiancée. Les bouquins introuvables, ça la connaît bien. »

Bien plus que lui pour qui, les bouquins, servaient de papier d’allumage plus qu’à être lus. Non pas qu’il était illettré, mais il se fiait uniquement à son instinct depuis trop longtemps pour juger bon de s’instruire sur les sujets. Puis, pourquoi s’emmerder avec ça quand ça faisait si plaisir à Roxanne de dévorer des pages et des pages de charabia qui donnait mal au crâne ?
Surtout en ce qui concernait la malédiction du loup-garou. Au goût de Marshall, aucun bouquin ne saurait la préparer à tout ça mieux que de le vivre et ce qu’il pouvait lui en dire. Parce qu’après douze ans, il ne maitrisait peut-être pas encore ses transformations – on dit qu’avec beaucoup d’entrainement et de concentration c’était possible – mais il en connaissait un rayon sur le sujet !

« On est archéologue. »

Chasseurs de trésors, mais c’était tout comme.

« Elle la tête, moi les muscles, si vous voyez ce que je veux dire. »

… Ouais, que t’es idiot.
Non, uniquement qu’ils étaient complémentaires !
Si tu le dis.  
   


can you feel my heart
i'll be kind, if you'll be faithful, you be sweet and i'll be grateful. cover me with kisses dear, lighten up the atmosphere. keep me warm inside our bed, i got dreams of you all through my head. fortune teller said i'd be free and that's the day you came to me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://underyourbed.forum-canada.com/t184-marshall-la-seule-valeur-chez-les-voleurs-cest-celle-de-largent http://hidingunderyourbed.forum-canada.com/t185-marshall-a-montgomery
avatar
❝ Invité ❞
Invité
MessageSujet: Re: les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver   Ven 26 Sep - 8:53



   
Les livres nous rassemble ...
   ft. L'Irlandaise Vs L'Anglais
Archéologue ... c'est un beau métier, toutes ses découvertes historiques tout ses mondes perdus retrouvés ou encore en recherche ... Je me demande tout de même comment ils ont pu tomber sur un livre parlant des origines du Loup Garou. Je me pose surement trop de questions du faite que ce livre me rappelle a ce que j'avais avant ... Il faut tout de même que j'en sache un peu plus sur ce couple. Certes en Irlande cela ne m'aurait pas alerté plus que cela du fait que les mythes et légendes soient né dans ce pays de magie et d'histoire.
Me voilà une fois encore nostalgique de mon pays, il me faut me reprendre. Je reprend le livre en mains pour vérifier qu'il ne soit pas en mauvais état et qu'il corresponde bien a la requête du client même si je savais que tout ceci était déjà en ordre du fait que je l'avais eu en mains toute la nuit, mais ce sont les défaut professionnel.
J essayais de lancer une petite conversation pour fidéliser la clientèle,

-Vous êtes archéologues spécialisés dans les mythes ? Demandais je tout en sortant méticuleusement le livre du carton pour le présenter au client pour avoir  son approbation sur le fait que ce livre soit bien celui qu'ils voulaient.
Après un signe de tête du client je remis le livre dans son papier puis dans son carton pour éviter que ce précieux ouvrage ne s'abime.

Au moment de finir de taper les informations du livre sur notre vieil ordinateur une fenêtre s’ouvrit sur l'écran de celui ci, Monsieur John m'en avait parlé mais je n'avais jamais eu l'occasion de le faire, le manuscrit devait vraiment être précieux car un suivi était demandé, rien de bien méchant mais c'était quand même plaisant de savoir qu'un manuscrit de  valeur était passé dans la librairie cela lui donnait plus d'importance.

-Il va me falloir quelque information pour le suivit de l'ouvrage, du fait de la perte d’innombrable manuscrit nous nous devons de répertorier ceux que nous avons toujours, en temps qu'Archéologue vous devez comprendre, lui dis je avec un sourire, cela ne prendra que deux minutes il me faut juste vos coordonné exact, adresse postale, rien de plus.

Je commençais a taper le nom de Famille lorsque l'accent du client me revient en mémoire,

- Vous êtes Anglais !! me surpris -je autant que lui d'avoir fait cette remarque à haute voix.
Gênée comme tout les mots sortir sans que je ne puisse y réfléchir vraiment,

- Veuillez m'excuser, c'est votre accent je savais que je le connaissais, je suis pour ma part Irlandaise...  
Je me tu pour éviter de commettre d'autre impair.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver   

Revenir en haut Aller en bas
 

les poilus sont partout, un anglais ne saurait s'en sauver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
what's hiding under your bed ::  :: les archives :: les sujets terminés-